Sommeil du bébé

Dans la plupart des régions du monde le bébé s’endort niché contre sa mère, dans les bras de sa grand-mère, de sa sœur, ou d’un autre membre de la famille. L’enfant se sent dans une sécurité illimitée dans le temps. Il se détend, s’épanouit et grandit en toute quiétude. Il dort ainsi profondément et longtemps.

Le sommeil de l’enfant peut se vivre en harmonie. On commence par le détendre, l’endormir dans nos bras. Le temps qu’on y met sera économisé, car il dormira calmement par la suite. Et au lever, il affiche une bonne humeur réconfortante.

Sommeil de la mère, sommeil du bébé
Le respect du sommeil de la femme enceinte est essentiel à son équilibre et son harmonie. Pendant sa grossesse et pendant la première de vie de son bébé, la mère vit en symbiose avec son enfant. Le sommeil du fœtus est cependant un système autonome, indépendant du sommeil de la mère.

Premier changement chez la femme enceinte
Un changement dans le sommeil de la mère est le premier changement qualitatif et quantitatif en début de grossesse. Souvent «fatiguée», la mère a besoin de sommeil additionnel pour commencer à disposer son corps à fabriquer son bébé.
Dans les 24 heures suivant la conception les ondes cérébrales changent chez la femme enceinte. Son système nerveux adopte un nouveau rythme.

Adaptation du sommeil de la femme enceinte et de la femme allaitante
Dès l’endormissement, elle peut entrer en sommeil profond et récupérer rapidement l’énergie consacrée au développement du bébé à naitre. La moitié de son sommeil y est alors consacrée. La femme allaitante a un rythme de sommeil accordé à celui de son bébé pendant environ 6 mois ; en suivant ce rythme elle récupère bien son énergie et est en forme. Pendant son sommeil elle produit la prolactine. Elle entretient ainsi une bonne relation avec son bébé et reste dans une symbiose qui facilite l’adaptation mutuelle. Vers cet âge le bébé fait ses nuits.

Développement des rythmes et du cycle de sommeil de l’individu
Le sommeil du bébé a un rythme particulier, dirigé par son cerveau. Alors que l’adulte dort par cycles de 90 minutes le bébé dort par cycles de 50 minutes. Plus il grandit plus ce cycle s’allonge. Au début il ne fait aucune distinction entre le jour et la nuit. Progressivement il adopte ce nouveau rythme. Il est plus facile et plus simple de s’y adapter et d’avoir un rythme de vie différent pendant quelques mois.
Les ondes du cerveau du bébé diffèrent de celles de l’adulte. Son cerveau à besoin de moments plus fréquents pour ordonner ses nouvelles sensations. Ces ondes se développent considérablement au cours de la première année de vie.
Le nouveau-né dort environ 16 heures dont 8 heures en sommeil profond et 8 heures en sommeil léger. Il vit donc 8 heures d’éveil.
Il s’endort, a un sommeil actif pendant 10 à 30 minutes puis un sommeil lent de quelque 20 minutes, ce qui donne un cycle de 50 minutes. Pendant le sommeil «actif» il fait des petits mouvements, des doigts, des orteils, des mains, des pieds et des muscles du visage. Il peut même paraitre parfois éveillé. C’est le moment ou le bébé «sourit aux anges». Si une stimulation se produit pendant la phase de sommeil actif, le nourrisson se réveille rapidement. Jusqu’à ce que l’enfant soit en sommeil à ondes lentes, nous avons intérêt à ne pas le bouger ni le changer de place. Bébé est en sommeil actif, à ondes rapides tant qu’il serre de ses doigts un doigt de l’adulte. Aussi, quand le bébé s’est endormi en tétant, tant qu’on ne peut retirer le mamelon de sa bouche en faisant l’appel d’air avec un doigt, bébé est en sommeil actif et il vaut mieux ne pas le déranger.
En portant le bébé on se rend compte s’il dort depuis un certain moment. Ainsi il peut dormir n’ importe où, n’importe quand, dans n’importe quelle position.
La seconde phase est le sommeil à ondes lentes, calme, paisible, profond : il «dort comme un bébé», sans mouvement.

Vers l’âge de 3 mois, l’enfant acquiert lentement un autre rythme de sommeil. Petit à petit il entre dans un sommeil plus calme et passe ensuite au sommeil actif. A 3 mois il commence à distinguer le jour et la nuit.
Vers l’âge de 9 mois son sommeil ressemble à celui d’un adulte avec toutes les différentes phases de sommeil, mais dans des cycles plus courts que l’adulte.
Vers l’âge de 3 ans, le REM de l’enfant est semblable à celui de l’adulte de 20 ans.
Pendant le sommeil son cerveau est actif. Il dort bien entouré des voix familières, des petits bruits courants, de la musique douce. Il bouge beaucoup, surtout la nuit. Sa mimique se transforme en permanence.

Prendre le train du sommeil quand il passe
Quand on baille, on se sent ralentir, les paupières se font lourdes il est facile de s’endormir. Si on ne le saisit pas à ce moment-là on doit attendre le prochain passage. Les parents restent à l’affut de signes de passage de l’ange du sommeil et place le bébé dans les conditions pour favoriser son entrée rapide et facile au royaume du sommeil.
Ce cycle se situe à environ 90 minutes chez l’adulte et environ 50 minutes plus tard chez le tout petit. En attendant que bébé se rendorme, il vaut mieux être patient avec lui car il sera mal dans sa peau. Dans les 45 minutes suivantes il est inutile d’exiger d’un nourrisson qu’il dorme. Inutile de le poser sur le lave-linge en marche ou de faire le tour de la ville en voiture pour l’endormir à tout prix ; il est plus simple d’attendre le prochain passage.

Confusion entre le jour et la nuit
Au cours du premier mois, bébé confond souvent le jour et la nuit.
Progressivement il apprend à distinguer le jour de la nuit par différents signes : les ambiances, les bruits, les changements de lumière, les rituels d’hygiène aux différent moments de la journée. On lui facilite la tâche en commençant tout petit à adopter un rituel pour l’endormissement qui se transformera en réflexe dans quelques mois : berceuse, musique douce, petite histoire, caresse, etc.
En attendant, fait la sieste avec son bébé pendant le jour pour satisfaire son propre besoin de sommeil. Ce temps passe très vite. Quelques mois dans une existence !

Quand bébé fera-t-il ses nuits ?
La durée et la qualité de sommeil nécessaires varient grandement d’un bébé à l’autre. On considère qu’un bébé fait sa nuit quand il dort d’un sommeil ininterrompu de minuit à 5 heures du matin. Au cours du premier mois, les nourrissons dorment beaucoup et ne tiennent pas compte du jour et de la nuit. Le rythme du sommeil suit en général le rythme des tétées : sommeil court, repas fréquents, et plus fréquent chez le bébé allaité, car le lait maternel se digère plus vite et plus facilement. Après deux ou trois mois la plupart font leur nuit.
Si après avoir acquis cette habitude bébé recommence à s’éveiller durant la nuit, plusieurs causes sont à examiner : changements de menu, de lieu, de rituels, de personnes dans la maison, tension dans la famille, etc. Le rituel d’endormissement se révèle alors très utile ; l’appliquer minutieusement aide souvent bébé à retrouver ses repères sécurisants.
L’attention portée à l’enfant par la présence charnelle de la maman, du papa ou d’une personne affectueuse rassure l’enfant et l’aide à passer un sommeil paisible.
En grandissant, le sommeil de Bébé devient plus calme, il bouge moins la nuit. Le sommeil passe des phases profondes aux phases continues. Le cerveau commence à s’adapter au rythme jour et nuit : détente et activité. L’enfant apprend à dormir paisiblement lorsqu’il sait qu’il y a toujours une présence. Le bébé a besoin de sentir une présence dans son environnement pour dormir rassuré.

Déphasage chrono-biologique
Tout enfant dort facilement si on lui laisse son propre rythme. Quand il dort selon son horloge biologique il s’endort facilement, dort profondément et se réveille en pleine forme et de bonne humeur.
Si on tente de l’endormir trop tôt ou trop tard bébé est déphasé dans son rythme. chrono-biologique:
Si on met bébé à dormir trop tard, il devient irritable, grincheux, agité. Alors, même si on le couche, il s’agite, rechigne, pleure, crie se tortille et ne réussit pas à s’endormir. On dit souvent qu’il est «trop fatigué» et qu’il a du mal à s’endormir. Il ne dort pas plus longtemps ni plus profondément pour autant ; au contraire, comme son ressort biologique est trop tendu il dort sans se reposer tout à fait. Le lendemain, il a souvent besoin d’une sieste pour récupérer ce sommeil perdu.
L’adaptation que nous devons déployer quand on change de l’heure normale à l’heure avancée et à l’inverse, ou encore plus lors du décalage horaire lié à un voyage en avion, donne une idée de déphasage biologique.
Si on tente de le faire dormir trop tôt on a un problème plus léger. Il s’agit de prendre patience jusqu’au passage de l’appel du sommeil.

Perturbations de l’horloge biologique
Adulte, on aimerait bien imposer au bébé notre rythme pour qu’il dorme quand nos activités le permettent. On peut décaler légèrement le sommeil d’un bébé, le faire dormir quelques minutes plus tôt ou plus tard, mais pas plus.
Il est plus simple de combiner, d’arrimer, d’adapter nos horaires respectifs pour qu’à la fois bébé puisse dormir quand il en a besoin et que les parents puissent vaquer à leurs activités préférées quand ça leur convient.
Si on porte bébé sur soi, il peut s’endormir quand il en a besoin, peu importe où on se trouve : dans ce cas le porte-bébé est d’une aide précieuse.

Allaitement et sommeil
L’allaitement, constitue le meilleur moyen de nourrir son bébé à la fois pour sa santé physique et psychologique. Après la tétée, la plupart du temps bébé s’endort tout simplement. La succion semble être le rituel le plus efficace pour susciter l’endormissement. Quand l’enfant se réveille au cours de la nuit, il se souvient de son endormissement "merveilleux", recourt à une forme de succion et se rendort aussitôt. On sait qu’avant de naitre il suçait son pouce dans le ventre de sa mère
À 3 mois, le bébé tête pour se nourrir.
À 6 mois, le bébé commence à passer la nuit sans téter.

Le rituel d’endormissement
Le rituel induit le sommeil, tant chez l’enfant que chez l’adulte. Cette régularité favorise l’endormissement en déclenchant les réflexes du sommeil. Et elle réconforte, rassure, apporte une forme de sécurité.
L’élément le plus important de ce rituel reste le contact intense, privilégié entre les parents et l’enfant : toilette, brossage des dents, caresses, massage, chansons, histoires, observation de la nuit avec la lune et les étoiles, le souhait de la bonne nuit à toute la famille sont des façons de terminer la journée ensemble.

Dans quelle position bébé dort-il mieux ?
Pendant les premières semaines, la plupart des bébés dorment en position fœtale : jambes recroquevillées, les mains près du visage, le corps blotti contre sa mère, de préférence. Lorsqu’il commence à se sentir en sécurité dans son environnement, il quitte cette position pour être plus détendu. Progressivement il passera de cette position en boule à une position plus ouverte, plus allongé. L’entourer de coussins et le recouvrir d’un drap de coton et d’une couverture de laine l’aide à se former un nid.
On gagne à observer son bébé et à respecter la position qu’il semble choisir de lui-même. En fait, quand le train du sommeil passe, bébé s’endort dans n’importe quelle position.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *