Lumière et santé en toute saison

Variations lumineuses saisonnières

Dès que les journées raccourcissent à l’automne, plusieurs éprouvent une certaine baisse d’énergie. Au 21 décembre l’ensoleillement est à son plus bas. Le taux de sérotonine dans le corps l’est aussi.
En fin d’hiver, plusieurs personnes se sentent au ralenti, voient leur énergie et leur motivation baisser, ont besoin de plus de sommeil. Les pensées suicidaires sont plus fréquentes. Les femmes éprouvent plus souvent cette difficulté. La déprime saisonnière est plus fréquente dans les pays nordiques car les jours y sont plus courts.
On appelle cette réaction le trouble affectif saisonnier.
L’exposition à la lumière, un besoin
Été comme hiver, l’oeil et la peau ont besoin de lumière, pour activer le cerveau, régulariser le sommeil, la température du corps, l’attention et l’activité physique et intellectuelle.
Une demi-heure par jour et quelques heures par semaine d’exposition à l’air et au soleil restent un besoin essentiel du corps.
Si on passe toute la journée à la lumière artificielle dans une pièce sans fenêtre on doit s’éclairer avec une lampe qui fournit tout le spectre des rayons du soleil. On peut aussi s’exposer une heure par jour à une lampe spéciale dispensant une lumière intense.



Comparaison d’exposition à diverses lumières :
Situation
Intensité lumineuse en lux
Journée ensoleillée sur une plage
100 000
Au bureau bien éclairé
1000
À la maison
500
Lampe spéciale placée à 50 cm
10 000