Paix thérapeutique Première clé de guérison

La paix thérapeutique c’est l’absence de recours à un remède, synthétique ou naturel, pour se soigner qu’il soit de. On élimine ainsi tout ce qui perturbe, fatigue, épuise le corps l’empêchant de se rétablir par ses propres dynamismes. Tout remède a un premier effet qui semble positif, puis un second effet très souvent négatif. Par exemple, en cas de brulure d’estomac on prend un «antiacide» : à court terme on ressent un soulagement, à long terme on endommage la paroi interne de l’estomac.
La vraie solution à un problème de santé se trouve dans l’application des facteurs naturels de santé pour combler les besoins du corps. En cas d’ulcère d’estomac, les cellules de la muqueuse gastrique commencent à se régénérer après quatre heures de jeûne. Le moindre médicament, ou certaines tisanes irritantes peuvent empêcher cette régénération.
Le rétablissement de la vitalité et de l’immunité, nécessite la suppression intégrale des causes des troubles et l’adoption de mesures qui favorisent la récupération du potentiel énergétique des différents systèmes.
 
Exemples
ü Je mange sain et équilibré, je sens bon et je n’ai pas besoin de déodorant
ü Je fais de la fièvre, je dors et je me réveille en pleine forme.
Comparons
ü On a mal à la tête parce qu’on n’a pas assez dormi, on se repose, on se détend et on rétablit son équilibre.
*      On prend un remède contre le mal de tête :
1.       On n’a plus mal pour le moment.
2.       Ce mal revient de plus en plus souvent.
3.       On prend de plus en plus d’analgésique
4.       Longtemps après on risque d’avoir un ulcère à l’estomac
*      On fait cautériser des varices.
1.       On a de belles jambes…
2.       Quelques temps après, on a des problèmes de circulation encore plus graves.
 
Prenons des probiotiques,… et non des antibiotiques !
L’habitude de prendre des médicaments, notamment des antibiotiques, commence en très bas âge. Et plus on en prend, plus on en prend souvent. Le corps doit éliminer ces substances : ce travail l’épuise, surtout le foie, les reins, les poumons et les intestins, principaux organes d’élimination. Les antibiotiques perturbent et détruisent rapidement la flore intestinale qui reste le siège principal de notre système immunitaire.
Les probiotiques, qui favorisent la vitalité du système immunitaire sont d’une efficacité réelle, tant à court qu’à long terme. Ils apportent un mieux-être sans effet secondaire.
 
Urgence : cesser de nuire !
La paix thérapeutique apporte un soulagement, souvent à court terme, et à long terme une vitalité accrue et un équilibre physiologique renouvelé.
Mettre le  corps au repos suffit en général pour lui permettre de se remettre de la fatigue et du surmenage, de se nettoyer des substances toxiques, de se réparer et de se régénérer, autant de fonctions qu’un remède empêche.
 
Exemples de résultats rapides et efficaces de la paix thérapeutiques
Le doigt désenfle et l’amputation est évitée.
Fabien traine une inflammation au majeur droit depuis 2 ans. Étant artisan, il a besoin de tous ses doigts dans son travail. Mais depuis plus d’un an il ne peut plus travailler à cause de la douleur. Il est aussi très nerveux.
On lui a déjà coupé une phalange. Et on prévoit couper la prochaine la semaine suivante.
Depuis des années il  prend entre autre des :
Antalgiques contre la douleur
Barbituriques pour pouvoir dormir
Anti-inflammatoires contre l’inflammation
Antihistaminiques contre l’allergie
Antibiotiques contre ??? Il ne sait plus quoi !
Anti brulures pour l’estomac….
Anxiolytiques pour se calmer…
Il fume.
Jeudi à 11 h : sa main est gonflée et la peau est craquelée, son doigt rouge vif, brulant, une petite plaie au bout de la deuxième phalange suinte. La douleur est très forte malgré tous les médicaments qu’il ingurgite.
Nos recommandations : pendant 24 h de :
manger et boire uniquement les repas servis aux stagiaires
se promener dans la nature
se reposer chaque fois qu’il se sent fatigué
visualiser que son doigt guérit
Je lui dis que je le revois demain à 11 h.
Vendredi à 9 h : Fabien accourt, heureux, souriant, balbutiant son bonheur.
Il explique :
J’ai suivi vos recommandations;
« Je n’ai rien pris hier soir,… et j’ai dormi toute la nuit ! »
« Ce matin, je n’ai pas eu ma diarrhée habituelle ! »
« Mon doigt ne me fait plus mal, il est dégonflé ! »
« Je n’ai pas de brulure à l’estomac ! »
« Hier après-midi, j’ai dormi pendant plus de deux heures ! »
« J’ai même pas pensé à prendre une cigarette ! »
« J’ai pris tous les repas que vus avez offerts. D’ailleurs je n’ai pas pu tout  manger ! et en plus c’était bon ! Mais mon verre de rouge et mon quignon de pain m’ont quand même manqué ! »
« J’ai fait un beau rêve en me réveillant ce matin ! »
« Regardez mon doigt comme il est beau ! »
En plus de l’arsenal thérapeutique, Fabien mangeait du pain et du fromage à chaque repas, ne mangeait aucune crudité et vidait son verre de rouge midi et soir !
Il est rentré chez lui, heureux, rassuré et confiant en la force naturelle de guérison de son corps.
Il a repris son travail une semaine après.
 
La glycémie retrouve son équilibre et le diabète cède
Myriam arrive du Sénégal. Diabétique insulinodépendante, obèse, insomniaque, elles se plaint de maux de jambes, vertiges, céphalées quotidiennes.
Pendant un mois elle applique la paix thérapeutique et applique les facteurs naturels de santé. Elle repart en pleine forme, amincie (il reste quelques kg à perdre) et souriante. Elle n’a plus besoin de son injection quotidienne d’insuline.
 
Adieu asthme, bonjour détente!
Karine arrive à la formation, rongée par l’asthme. Elle a surtout bien pris avec elle sa mallette de remèdes à prendre. Elle nous remet sa valise.
Elle commence à appliquer la paix thérapeutique et les facteurs naturels de santé.
48 heures après, elle n’a plus d’asthme !
B n’a jamais repris sa mallette.
 
Après la fièvre, le beau temps !
Sonia souffre d’une grosse lymphangite depuis plusieurs jours avec une fièvre très élevée. Elle a déjà passé une nuit aux urgences. On lui a prescrit de cesser d’allaiter. Elle rentre chez elle traumatisée, refuse le verdict et cherche une autre solution. Elle nous appelle. Notre recommandation : la paix thérapeutique et l’application des facteurs naturels de santé, et reprendre l’allaitement. Le résultat ne s’est pas fait attendre. 48 heures après la fièvre est finie, la douleur disparue et la joie d’allaiter revenue !
 
La paix thérapeutique apporte la détente puis le rétablissement
La paix thérapeutique permet au corps de
  1. se reposer
  2. se nettoyer
  3. se réparer
  4. se régénérer
En l’appliquant on obtient souvent des résultats rapides, étonnants, même dans des cas oû on avait été déclaré incurable, et souvent malmenée pendant des années par des traitements toxiques et agressifs.
Au lieu de vouloir corriger, contrôler,  contraindre le corps à agir comme n le veut et tout de suite, il suffit de faire confiance à son pouvoir d’autoguérison pour le voir se rétablir de lui-même, souvent bien plus vite qu’on avait imaginé.
Appliquer la paix thérapeutique ne consiste pas à abandonner, mais à s’abandonner au pouvoir physiologique du corps à retrouver et conserver son équilibre et son efficacité.
 
La paix thérapeutique élimine la douleur à long terme et pour de bon
Une douleur indique que le corps lutte pour se défendre contre un agresseur et pour rétablir son équilibre. Si on ne comprend pas ce que notre corps fait on veut tout de suite l’éliminer. Si on observait que plus on prend des analgésiques, plus la douleur revient et plus on doit en prendre une plus forte dose pour obtenir un soulagement temporaire, on constaterait qu’on est dans un cercle vicieux de plus en plus destructeur.
Au fur et à mesure qu’une personne acquière les connaissances essentielles pour comprendre comment le corps fonctionne et comment il se rétablit elle pourra agir avec efficacité dans la confiance en son potentiel vital et assumer elle-même la gouverne de sa santé.