Inflammation, processus normal dans une situation anormale

Avez-vous remarqué qu’on a les yeux pochés, le visage enflé le lendemain d’une nuit de sommeil trop courte? Avez-vous remarqué que les politiciens enflent du visage et du corps dans les années qui suivent leur accession au pouvoir? Leur 60 heures de travail par semaine, samedi et dimanche inclus, les réceptions tard le soir, les longues sessions de travail assis et les courtes périodes d’activité physique amènent ce résultat. Les organes d’élimination, qui travaillent surtout la nuit, une fois que les muscles se sont reposés et que la digestion est terminée, ne suffisent alors pas à la tâche,

L’inflammation fait partie du processus naturel de la guérison. Elle est reliée à la présence d’une substance étrangère, toxique que le corps tente de neutraliser puis d’éliminer le plus rapidement possible.

Parmi les facteurs d’inflammation chronique on trouve le tabagisme, une forte consommation de sucre, fritures, gras trans, le manque d’exercice, le stress.

Quandl’inflammation est localisée et temporaire suite à une blessure, on y sent la chaleur et on voit l’afflux de sang et autres ressources pour réparer les tissus endommagés.
 
Quand l’inflammation est généralisée
Quand l’inflammation persiste, quand on ne donne pas au corps l’occasion de la résorber, notamment par un repos et une oxygénation suffisants, on risque de nombreux maux et malaises, notamment les troubles cardiaque et les différentes inflammations localisées, en particulier l’arthrite, les bursites, cystite, vaginite, amygdalite, etc. Tous les noms de malaises se terminant en «ite» signifie inflammation de cet organe ou ce tissu.
L’inflammation persistante passe souvent inaperçue bien qu’elle indique un état de déséquilibre important. L’accumulation de gras en est un signe, en effet le corps ne réussit alors pas à l’éliminer au fur et à mesure. Le cholestérol s’accumule, la tension artérielle augmente.
Pour réduire l’inflammation on a avantage à réduire l’absorption et d’augmenter l’élimination de toxines. Éviter notamment les gras trans, oxydés ou cuit, le sucre, les viandes surtout les rouges. Consommer des aliments sources d’enzymes, de vitamines, de minéraux et de fibres –notamment des fruits et légumes crus et frais—et de bons gras, sources d’oméga 3, notamment les noix et les graines de lin.
Prendre plus de repos, sommeil et détente, plus d’activité physique au grand air et de relaxation physique et mentale.
 
Éliminer l’inflammation
L’inflammation est un mécanisme de défense de l’organisme. Il n’est donc pas question de tenter de la bloquer en recourant à des substances médicamenteuses, naturelles ou autres. La solution efficace consiste à supprimer l’agent irritant qui en est la cause et de rétablir l’équilibre de ses fonctions. Du même coup, l’inflammation disparaît d’elle même puisqu’elle n’est plus nécessaire.
L’inflammation reste un processus biologique nécessaire à notre survie. Pour réparer des tissus endommagés, combattre une infection ou diluer des toxines et les rendre moins irritantes, le corps crée un afflux de sang, de lymphe et d’autres tissus nécessaires à sa régénération.
Sauf dans certains cas bien précis, comme une blessure ou une brulure, il n’est pas facile d’identifier l’agent irritant car il provient de multiples causes.
En passant en revue son mode de vie, on trouvera sans doute les choses à faire moins souvent et celles à faire plus souvent. Quelque temps après avoir rétabli l’équilibre dans son mode de vie on voit cet équilibre se répercuter dans sa silhouette après l’élimination de ses toxines excédentaires.