Accoucher sans stress avec l’assistance du père

Julie Bonapace est l’auteure de Accoucher sans stress avec la méthode Bonapace. Cette préparation à la naissance permet de réduire sensiblement la douleur de l’accouchement tout en favorisant la participation du père. Elle comprend plusieurs actions différentes : massage, visualisation, information, détente, etc.
 
Une préparation préalable est indispensable pour réduire la douteur de l’accouchement. Plusieurs techniques s’avèrent efficaces dans ce moment déterminant de la vie d’une femme. Connaitre toutes les étapes de l’accouchement, avoir une information juste et précise sur la durée de chaque étape du travail, sur le rôle des contractions aide largement à gérer la douleur
 
Masser pour inhiber la douleur
Cette technique traditionnelle de contrôle de !a douleur, inspirée de l’acupuncture consiste à masser profondément un point spécifique pour créer une stimulation douloureuse. Cette pression déclenche la production d’endorphines, qui réduisent la douleur. Cette technique produit un soulagement qui agit pendant une période assez longue.
.
Percevoir les contractions comme essentielles
Si la femme perçoit la contraction comme synonyme de peur et d’angoisse, la douleur sera perçue comme très désagréable. Si elle perçoit la contraction comme essentielle et positive, si elle se rappelle que c’est grâce aux contractions que le col se dilate et que le bébé peut naître, sa perception de la douleur sera transformée.
 
Formation prénatale pratique
Au cours des rencontres de préparation à la naissance, la mère et le père apprennent et pratiquent de nombreuses techniques pour gérer la douleur.
 
Le père, un précieux allié
Le père acquiert un savoir-être et un savoir-faire qui crée une complicité avec la mère. II pratique le massage profond qui inhibe la douleur. Pendant les contractions, il exerce une pression douloureuse localisée à l’aide de ses doigts, d’une balle ou d’objets en bois. Entre les contractions, il soulage la femme en lui massant doucement le dos, l’abdomen ou les cuisses.
 
La méthode Bonapace
La méthode Bonapace se base sur les mécanismes dont le corps dispose pour moduler la douleur.
Elle enseigne quatre techniques. La mère…
·        comprend les origines de sa douleur ;
·        connait les moyens dont dispose le corps pour moduler la perception de la douleur ;
·        pratique les techniques et les exercices associés à chaque mécanisme de réduction de la douleur ;
·        est informée des autres moyens disponibles si elle ne considère pas le soulagement satisfaisant.
 
Accoucher reste un événement intense
La douleur associée à la naissance est incomparable : elle est d’une intensité surprenante.
Une douleur bien gérée préserve le système sympathique. Elle augmente la tension artérielle, le rythme cardiaque, s’accompagne d’hyperventilation, etc.
Le couple apprend à reconnaitre chaque type de douleur, à repérer où elle se situe et à en évaluer l’intensité et la durée. Grâce à connaissance précise du travail le couple réussit à se préparer adéquatement.
 
Le corps dispose de mécanismes autonomes pour moduler la douleur
Les futurs parents sont rassurés en apprenant que la douleur est une perception et que plusieurs facteurs peuvent la moduler. L’étude des mécanismes dont dispose le corps prépare le couple à la pratique des massages et des exercices de modulation de la douleur.
 
Accoucher en douceur
L’accouchement produit un stress, surtout fondé sur l’angoisse de ne pas savoir à quoi s’attendre. La mère et le père adéquatement préparés maitrisent la situation, gèrent efficacement la douleur et éprouvent surtout le sentiment d’avoir réussi un grand exploit ensemble.
 
Quand le père s’en mêle
Un père qui participe, avec sa partenaire, à la préparation prénatale et qui, à l’accouchement, se sent efficace et utile, joue un rôle actif et dynamique pour prodiguer des soins à l’enfant après sa naissance. Il occupe une place importante dans sa famille ; il se voit comme un participant indispensable dans cette aventure de la naissance.
 
La préparation prénatale
Les futurs pères et mères participent à neuf heures de formation donnée en général en soirée et échelonnée sur quatre ou six semaines. La méthode développe les aptitudes du couple à gérer le stress qui entoure la naissance d’un enfant. Elle permet de faire de l’accouchement une expérience satisfaisante, structurante et épanouissante pour le couple. Elle vise tout autant la participation du père en période périnatale que la réduction de la douleur à l’accouchement par une approche non pharmacologique.
 
La formation
Le formateur-la formatrice adopte une attitude bienveillante, guide les participants, répond à leurs besoins et utilise leur intuition. Il/elle s’applique à développer l’autonomie de chacun en l’aidant à améliorer ses aptitudes à gérer les changements occasionnés par la naissance d’un enfant. Les parents deviennent ainsi les spécialistes de leur propre adaptation à cette nouvelle situation.
La formation offre un apprentissage cognitif avec ses concepts intellectuels, visuel avec ses démonstrations et kinesthésique avec ses exercices pratiques. Les activités varient d’une rencontre à l’autre. Chaque technique essentielle est présentée et pratiquée plus d’une fois au cours de la formation. Plusieurs techniques sont utilisées pour dévier l’attention, telles que respiration, relaxation et visualisation.
Tout au long de la session, la formatrice aide le couple à se préparer mentalement, à demeurer calme et confiant, et à gérer les impondérables.
Cette approche combine la responsabilité et le lâcher-prise. Ensemble la mère et le père mettent tout en œuvre pour atteindre leurs objectifs, maitriser la situation et gérer la douleur. Le couple apprend aussi à laisser la vie décider du déroulement de la naissance. Cette préparation mentale permet de réagir avec assurance à pratiquement toute situation.
En dépit de tous les efforts déployés par le couple, il est possible que la douleur perçue demeure trop intense. Le couple peut alors faire appel à des analgésiques, s’il le juge à propos.
 
Recherches scientifiques sur la méthode Bonapace

Les résultats de l’étude sur le soulagement de la douleur sont concluants. Dans cinq centres hospitaliers du Québec, une trentaine de femmes ont mesuré, aux quinze minutes, l’intensité et le désagrément de leur douleur. Les femmes qui avaient suivi la méthode Bonapace avec une formatrice accréditée ont ressenti 45 % de moins l’intensité et le désagrément de la douleur Cette réduction de la douleur n’a apporté aucun effet secondaire ni aucune complication.