Accoucher Étapes, actions, positions et accompagnement

 
Étapes     et     durée
Période de latence
Période active
Période de transition
Dilatation du col
0-3 cm 
3-8 cm 
8-10 cm
Durée de la période
P : 8-20 heures
P : 4-6 heures   
P : +/- 1 heure
 
S : +/- 5 heures
S : +/- 3 heures
S : 20-30 minutes
Durée des contractions
20-5 minutes    
5-3 minutes      
3-1 minutes
P = Premier accouchement
S = Accouchement subséquent
Les intervalles des contractions se comptent du début d’une contraction au début de la suivante. 
Par exemple, si une contraction commence à 7 h 00 et la suivante à 7 h 08, l’intervalle est de 8 minutes.
 
PÉRIODE DE LATENCE
À cette étape
          le bébé fait sa première rotation interne. 
          le col de l’utérus se prépare à la dilatation. 
Il est souhaitable de vivre cette étape à la maison.
Quand se rendre à la maison de naissance ou à l’hôpital? 
Pour un premier accouchement, quand on ne peut plus faire autre chose que de se concentrer uniquement sur ses contractions ou quand la poche des eaux est rompue.
Rôles de la parturiente
       Marcher entre les contractions. Le travail sera plus court et moins douloureux.
       Lors des contractions, adopter la position accroupie qui permet l’ouverture des os du bassin.
       Balancer le bassin pour faciliter l’entrée du bébé dans le passage pelvien.
       Prendre un bain chaud ou un bain tourbillon ou la douche dans le calme avec un éclairage tamisé.
       Manger légèrement.
Rôles de l’accompagnateur (trice)
Noter les intervalles des contractions.
– Aviser la salle d’accouchement.
– Encourager la marche entre les contractions et la position accroupie pendant les contractions.
– Préparer un bain au besoin.
– Adopter une attitude détendue.
PÉRIODE ACTIVE
À cette étape,
          le bébé est engagé. 
          la pression exercée sur le col et l’étirement du périnée (région située entre l’anus et le vagin) provoquent une forte tension. 
C’est la période la plus «douloureuse»..
Rôles de la parturiente
          Demeurer calme et positive.
          Se faire confiance.
          Poursuivre la marche et la position accroupie. Utiliser les positions debout, accroupie, assise, semi-assise, à genoux.
          Relaxer et respirer profondément entre les contractions, ce qui libère des endorphines, des hormones naturelles qui diminuent la douleur.
          Prendre à nouveauun bain chaud.
Rôles de l’accompagnateur (trice)
          Être disponible.
          Éviter les conversations.
          Encourager la marche et la position accroupie.
          Pratiquer la respiration haletante avec elle durant les contractions.
          Rappeler de relaxer et de respirer profondément durant les contractions.
          Pratiquer l’effleurage abdominal entre les contractions.
          Réconforter, masser le dos, éponger le visage entre les contractions.
          Maintenir un contact étroit.
 
PERIODE DE TRANSITION
C’est la période la moins longue et la moins agréable. 
La femme fait corps avec son bébé et fait un voyage intérieur. Elle perd la notion du temps, de la mémoire et de son entourage. Elle a froid, elle a chaud, elle peut dire à son partenaire ou à l’accompagnante « Laisse-moi seule, mais reste près de moi ». Elle peut être impatiente et agressive.
La douleur, saine et éphémère, se fait de plus en plus vive. 
Elle a peur, elle baigne dans la joie. Puis la peur s’estompe pour faire place à la joie.
Rôles de la parturiente
          Faire corps avec la douleur, ne pas y résister.
          Accueillir les contractions une à la fois.
          Se concentrer sur sa respiration.
          Se concentrer sur sa tâche immédiate.
          S’abandonner, rester consciente de ce qui se passe dans son corps.
          Se concentrer sur ce qu’on vit intérieurement, d’instant en instant.
          Se laisser aller à émettre des sons, gémir.
          Diriger son énergie par la respiration, la relaxation et la concentration.
          Ne pas pousser tant que ce besoin devienne irrésistible.
Rôles de l’accompagnateur (trice)
          Soutien physique et émotionnel.
          Démontrer de la patience. 
          Supporter les sautes d’humeur.
          Comprendre son comportement.
          La laisser exprimer la douleur qu’elle ressent à sa façon.
          Assurer son confort, humecter ses lèvres.
          Lui masser la nuque et les épaules.
          Rester présent auprès d’elle en tout temps.