Jeûne Témoignages

Ces témoignages proviennent de lettres adressées à Jean Rocan, superviseur de jeûne
 
Jeûne en cas de tumeur
Un test pour vérifier ma glande hypophyse m’a révélé que j’avais un microadénome, une tumeur de 0,8 mm à l’hypophyse. Je n’ai plus d’énergie, j’ai de la difficulté à m’occuper de mon enfant et je ne suis pas capable de travailler. Le docteur me prescrit trois semaines dans les pays chauds pour un repos total. Ça me fait du bien. Par la suite, la tumeur est devenue un macroadénome de 1,5 cm. L’ophtalmologiste fait l’examen de mon champ visuel, et constate qu’il est atteint à cause de la tumeur qui fait une pression sur le nerf optique. Le neurochirurgien m’explique l’opération et les risques possibles. Il pouvait enlever une partie de la tumeur mais il ne pouvait m’aider à régler le problème que créait la tumeur.  
Un ami me raconte que le jeûne a aidé son frère à guérir de la leucémie. Il m’explique les bienfaits du jeûne et son efficacité à nettoyer les foyers d’infection. Le docteur me fit comme réponse : «Si tu veux aller jeûner et que tu y crois, vas-y. Si ça ne fonctionne pas, au pis aller, je t’opérerai.» 
J’ai donc fait un jeûne de 30 jours, à l’eau, alitée, au repos total. Ce fut une expérience «difficile», mais très bénéfique pour ma santé physique, mentale et spirituelle. Cette période s’est déroulée dans la confiance grâce au professionnalisme de Jean Rocan.
Un an plus tard, mon alimentation, avec les combinaisons alimentaires, le repos, l’écoute de mon corps, les marches extérieures pour oxygéner mon organisme. Je vis quotidiennement et agréablement. Je devais être stérile quand mon hypophyse était affectée. Grâce au jeûne et à ma façon de vivre ma vie aujourd’hui, cela ne peut pas faire autrement que de me donner des résultats de santé.
 
Claudia Drouin
 
Jeûne en cas de psoriasis et arthrite
Ayant depuis plusieurs années des problèmes de psoriasis et d’arthrite, et ayant tout récemment franchi la ménopause, mon médecin ne pouvait que me soulager avec des onguents anti-inflammatoires et des médicaments.
Après 14 jours de jeûne, j’ai eu une crise de foie et tout mon visage s’est recouvert d’une gale épaisse. C’était sûrement dû à l’onguent de cortisone et à tous les cosmétiques que j’avais mis sur mon visage depuis des années.
Après 28 jours de jeûne, la peau de mon visage est redevenue aussi belle qu’à l’âge de 20 ans. Le psoriasis et l’arthrite ont complètement disparu et la ménopause va comme un charme.
L’alimentation, l’exercice et le repos prennent une place importante dans mes journées. Jean Rocan met à notre disposition ses connaissances et son expérience. Tout ceci nous donne l’opportunité de nous guérir nous-mêmes, de nettoyer notre corps et notre esprit. En découvrant les secrets de la vie saine, la préservation et la récupération de ma santé, j’ai appris à vivre en harmonie avec les lois de la nature.
 
Luce Drouin
 
Jeûne en cas de reins et poumons affectés
J’ai toujours travaillé du matin jusqu’au soir sans jamais prendre le temps de me reposer. Jusqu’au jour où, à 62 ans, une vive douleur au bas du ventre m’amena à l’hôpital. Un scan révéla un rein bloqué et une masse au poumon. On m’a opéré pour enlever le rein gauche. L’analyse du rein révélait un cancer. Un autre scan confirmait que la masse au poumon était bel et bien là. Le docteur voulait m’enlever une partie du poumon.
J’ai plutôt décidé d’aller jeûner. J’ai jeuné 28 jours au lit suivi d’une réalimentation bien faite. Sept semaines plus tard, j’ai passé un autre scan et le docteur qui ne comprenait pas, m’a dit que j’étais tout à fait guéri.
 
Réal Haché
 
Jeûne en cas de cholestérolémie et de calculs rénaux
À l’exception d’un taux de cholestérol élevé, à 47 ans je me considérais comme une personne relativement en bonne santé. Je faisais de la haute tension artérielle incontrôlable. Mon médecin diagnostiqua du surmenage et je dus cesser de travailler. C’est alors que les problèmes se succédèrent. Mon analyse sanguine révélait un état à la limite cancéreux. Une chirurgie devait être effectuée au plus tôt afin d’enlever une masse qui s’avérant menaçante.
Au 8e jour de jeûne, j’ai eu des pertes vaginales très noires. Après 18 jours, j’ai commencé à «passer» du sable dans mes urines. Quelques jours plus tard, j’ai passé une pierre. J’ai aussi vomi beaucoup de bile, révélant une désintoxication du foie.
Mon jeûne a duré 27 jours. Ce ne fut pas facile, mais ça en a valu la peine. L’encadrement professionnel que j’ai reçu de Jean Rocan et le support moral de ma famille m’ont aidée à traverser les moments les plus difficiles, et je leur en suis très reconnaissante.
J’ai passé tous les tests et la docteure m’a indiqué que mes résultats sont «normaux». J’ai repris mon travail. Ma condition physique est aujourd’hui supérieure. Mon analyse sanguine révèle que je suis maintenant dans un état de santé très satisfaisant !
 
Rose-Marie Godin