Jeûne la méthode Mosséri | Nature-Santé

Jeûne la méthode Mosséri

 

Du nouveau dans la conduite du jeûne
En 1986, j’ai fait dans le domaine du jeûne, une découverte prodigieuse qui m’a amené à réviser ma méthode sheltonnienne.
Un homme de 37 ans a jeûné avec ma supervision. Au cours des 14 années précédentes, il avait pris 104 tranquillisants différents pour son état nerveux. Il a alors voulu se guérir sans médicaments. Il a jeûné pendant 29 jours.
Alors il est devenu tendu, incapable de se détendre ou de dormir et de boire de l’eau malgré une soif intense et une douleur aiguë aux reins. Je lui ai dit qu’il ne pouvait pas continuer ainsi, bien qu’il ait encore beaucoup à éliminer: sa langue était très chargée, son urine foncée, son haleine fétide et il avait des douleurs aux reins malgré toute l’eau qu’il avait bue.
Il avait tout son temps et voulait compléter sa détoxination. J‘ai donc conclu que, dans sa condition, il valait mieux qu’il adopte un régime de détoxination. Il a donc recommencé à s’alimenter progressivement.
Trois jours après avoir terminé son jeûne, je suis entré dans sa chambre pour lui apporter quelques petites pommes. Il m’a dit: «M. Mosséri, regardez ma langue!» Elle était noire comme du charbon! Il n’a pas pris longtemps pour comprendre cette surprise. J’avais déjà vu quelques cas où la langue était devenue noire pendant un jeûne, mais cet homme avait recommencé à manger!
Cette couleur n’était pas accidentelle: elle avait été provoquée avec ce régime de détoxination. L’élimination avait repris, aussi forte que pendant un jeûne. Depuis une dizaine de jours, depuis son 20e jour de jeûne, son élimination était très faible. Sa langue est restée noire pendant quelques jours, puis elle est devenue jaune moutarde pendant plusieurs semaines, avant de revenir à sa couleur rose. Alors la faim lui est revenue – une vraie faim – et ses douleurs aux reins ont disparu. Il a alors adopté une alimentation normale. Évidemment, ce menu léger avait accéléré son élimination.  
 
Tester cette nouvelle méthode
Je me suis demandé si ce cas était une exception, ou s’il pourrait être imité autant que possible par d’autres jeûneurs. J’ai donc vérifié en appliquant la même approche à de nombreux cas variés.
J’ai appliqué la même approche avec deux soeurs qui, dès qu’elles ont cessé leur jeûne, ont eu la langue couverte de brun.
Depuis lors, 90 % des jeûneurs que je supervise ont une langue colorée dès qu’ils cessent de jeûner et commencent un demi-jeûne et les autres 10 % obtiennent le même résultat lors d’un deuxième jeûne.
Ce demi-jeûne doit être continué tant que la langue est même un peu colorée. Une langue noire indique que l’élimination s’est approfondie, atteignant le niveau cellulaire pour traquer des toxines, souvent des médicaments, accumulées depuis des décennies.
 
Les étapes du jeûne
D’autres questions me sont venues naturellement à l’esprit : à quel moment vaut-il mieux mettre fin au jeûne et passer au demi-jeûne ? Quelle quantité de nourriture crue doit-on donner après le jeûne ?
J’avais déjà observé plusieurs fois, qu’après un certain nombre de jours de jeûne, le poids du jeûneur cesse de baisser et l’élimination est suspendue. Maintenant, je comprends pourquoi!
Quant aux quantités d’alimentation, après une période de tâtonnement, je suis parvenu à établir une ration normale, adaptée selon la taille de la personne.
Dans la méthode classique, promue par Shelton, le jeûne à l’eau au lit est poursuivi même si le corps cesse de perdre du poids; l’élimination devient alors pratiquement nulle et on perd du temps. Quand on cesse pratiquement de perdre du poids et qu’on observe pratiquement pas de signes d’élimination, c’est que le corps n’a pas assez de vitamines, d’enzymes et de minéraux pour poursuivre ce travail. Le corps en a alors tout juste assez pour survivre.
Les réserves du corps sont déséquilibrées: il y a toujours trop de graisse et de toxines et trop peu d’éléments essentiels. Quand ces réserves s’épuisent, nous passons à l’étape suivante, le demi-jeûne et dans 90 % des cas la couleur de la langue change rapidement, indiquant un regain de l’élimination. Pour les autres, on observe le même phénomène lors d’un second jeûne.
Avec la méthode classique sheltonienne, il est très rare que la langue se colore ainsi, même si le jeûne est poursuivi jusqu’à 60 ou 70 jours.
Tant que la langue est de couleur anormale (noir, brun, la moutarde verte, beige), le demi-jeûne se poursuit jusqu’au retour de la langue colorée d’un rose naturel, ce qui indique la fin de l’élimination. La langue devient rose en même temps que le jeûneur arrête de cracher, l’urine devient claire, l’haleine devient parfumée et les malaises cessent. On introduit alors au menu des aliments plus concentrés.
Le demi-jeûne peut durer pendant une semaine ou plusieurs, selon le degré de toxémie.
Avec cette nouvelle méthode, le jeûne devient plus facile, comporte moins de problèmes et de risques et est plus efficace. Le jeûne devient précis, scientifique et sans angles morts ou surprises. Cette découverte importante confirme que les longs jeûnes comportent une perte de temps.
J’ai appelé cette seconde la partie du jeûne qui suit le jeûne à l’eau « demi-jeûne », mais en réalité, c’est un régime d’élimination, puisqu’on mange un kilo d’aliments par jour, moitié fruits, moitié légumes. Mais je préfère l’appeler « demi-jeûne », pour souligner que la personne poursuit l’élimination et doit manger certains aliments et dans certaines quantités. On doit garder l’impression qu’on continue la détoxination sous une autre forme moins intense que le jeûne intégral.
 
Les éléments de cette méthode
Quand on cesse de manger, l’élimination commence et on en observe la preuve par une langue blanche couverte du mucus, une haleine fétide, un mauvais goût dans la bouche, un amaigrissement et d’autres signes selon chaque personne. Le jeûne continue. Puis vient un moment où l’élimination ralentit parce que le corps a utilisé les réserves du corps en vitamines, enzymes et minéraux. Selon la personne, ces réserves d’éléments essentiels durent environ 7 à 20 jours. À la fin de cette période, l’élimination ralentit, comme l’indiquent les signes suivants :
* La perte de poids ralentit à 500 g à 1 kg par semaine, alors qu’elle était de 500 g à 1 kg par jour auparavant. La perte de poids indiquait une forte élimination de toxines et d’eau accumulée.
* L’urine devient claire.
Le poids qui se stabilise est le signal principal de passer au demi-jeûne.
* La soif disparaît et l’eau prend un goût désagréable, alors qu’auparavant l’élimination créait le besoin de boire pour diluer les toxines et les expulser dans l’urine.
* La couche de mucus sur  la langue est plus légère, moins épaisse et moins colorée et le mauvais goût dans la bouche diminue.
* D’autres signes spécifiques à chaque personne peuvent aussi indiquer le ralentissement de l’élimination.
* Alors, quand ces signes de ralentissement d’élimination apparaissent, on doit la relancer, en cessant le jeûne et en apportant de nouveau  au corps les éléments nutritifs sous forme d’aliments crus, naturels :
* 500 grammes de fruits crus, pris jusqu’à l’après-midi, cette quantité variant selon la hauteur de la personne;
* 500 grammes de crudités et salade, pris en deux fois dans la soirée.
 
Favoriser l’élimination
Ces quantités ne devraient pas être augmentées, sinon la digestion prendra l’énergie nécessaire pour l’élimination et la fera cesser.
Le jeûneur devrait boire beaucoup d’eau entre minuit et midi, parce que c’est à ce moment que l’élimination est à son plus fort. Si la personne n’est pas capable de boire au moins un litre d’eau par jour, on peut en agrémenter la saveur avec du jus de citron.
Les fruits que je préfère donner sont les pommes, qui agissent comme un bon balai dans les intestins.
Parfois, on doit manger des fruits riches en eau, comme le melon ou la pastèque.
Aussitôt qu’on passe au demi-jeûne, et qu’on relance l’élimination, on doit examiner la langue chaque matin avant de mettre quoi que ce soit dans la bouche. Après quelques jours, ou quelques heures, la langue se colorera noire, jaune, rouge brunâtre. On poursuit le demi-jeûne jusqu’à ce que la langue soit complètement claire, propre, rose et tous les signes d’élimination (soif, mauvais goût dans la bouche au  réveil, mauvaise haleine, crachement, etc.) disparaissent.
On ne doit pas attendre que la faim revienne, parce que cet instinct est d’habitude inopérant parmi les gens civilisés!