André Passebecq nous quitte à 90 ans

 

Le 5 novembre 2010, est décédé à l’âge de 90 ans, André Passebecq, après avoir enseigné les méthodes naturelles authentiques de santé pendant 65 ans.
 
Expert en santé naturelle
Il possédait une érudition incomparable des différentes approches de la santé, se tenait constamment au courant des nouveautés dans ce domaine et les transmettait à ses étudiants et abonnés dans un langage clair et non irritant. Il était reconnu comme le pédagogue de la santé naturelle le plus tolérant de sa génération. Ses lecteurs appréciaient ses ouvrages pour leur contenu éducatif dense et son approche souple des situations de santé.
 
Auteur prolifique
Il est l’auteur de plusieurs douzaines de livres. Son Cours de psychosomatique naturelle, comprend plus de 500 pages et expose en profondeur les dimensions fondamentales de la santé individuelle et sociale. Sa série Traitements naturels de… explique l’origine des différents maux et malaises et présente une gamme de procédés sains et non violents à appliquer dans ces conditions.
Il a publié un ouvrage proposant une alternative à la vivisection, plusieurs livres sur la conduite de la vie où il abordait les différents facteurs de réussite personnelle et professionnelle.
Il a publié Vie et action, une revue de santé naturelle, qui avait comme devise Liberté, Responsabilité, Santé, pendant plus de 40 ans. Agrémenté de magnifiques photos, ce périodique contenait des articles sur tous les aspects de la santé, des nouvelles des membres de l’association du même nom, des leçons en sciences de la santé, données par Passebecq et par une équipe de scientifiques dont il s’était entouré.
 
Hygiéniste authentique
Il est le professionnel de l’hygiène vitale qui a le mieux abordé tous les facteurs naturels de santé et a traité avec précision les aspects psychologiques et sociaux. Dans un même numéro il pouvait traiter de sujets tout aussi divers que le développement de la créativité, l’importance des probiotiques, les techniques alternatives pour composter les déchets humains, la digestion des noix, les exercices pour garder le dos souple, les approches pour s’occuper des enfants timides, la régulation des naissances par des approches naturelles, l’influence des préjugés et des perceptions sur les relations, l’analyse des dessins des enfants, les pratiques anciennes de la médecine égyptienne, les composantes et les effets de l’altruisme, les aliments, les exercices et les attitudes psychologiques pour améliorer la vision, etc.
 
Animateur d’une association innovatrice
Par l’association Vie et action qu’il dirigeait, il a créé des liens avec des milliers de familles qui partageaient une même vision du bien-être. Lors des cours qu’il donnait, de nombreuses personnes et familles venaient témoigner des améliorations remarquables que la pratique de l’hygiène vitale avait apportées à leur vie. Il a réuni des professionnels de la santé de divers horizons dans des congrès qui ouvraient de nouvelles avenues dans la recherche incessante de la qualité de vie. Il a présenté plus d’une centaine d’Incurables que j’ai connus, et les a invités à témoigner dans ses cours et colloques.
 
Pédagogue de la santé
Il enseignait dans son domaine comme les anciens maîtres : les cours se tenaient en plein air et l’horaire offrait un programme équilibré combinant cours théoriques, des exercices pratiques en posture, éducation visuelle, relaxation, visualisation, mise en forme, etc. Aux repas pris en commun, avec menu biologique évidemment, s’ajoutaient des périodes de fête avec conte, chant et danse. J’ai participé à un mois de cours dans ce cadre : nous étions occupés de 7 heures le matin à 20 heures le soir; nous vivions en groupe – ses formations ont rassemblé, selon les années, de 20 à 160 personnes — une immersion en un mode de vie et une instruction en santé naturelle, écologique et conviviale.
Il avait créé une méthode pour cesser de fumer qui a aidé des dizaines de milliers de personnes à cesser cette habitude nocive dans de nombreux pays.
Quand la saison de son «université d’été» était terminée, il repartait sur la route des congrès et des salons où il prononçait des conférences instructives, souvent accompagnées de démonstration.
Il a formé des centaines de conseillers hygiénistes et de naturothérapeutes qui suivaient leurs cours théoriques par correspondance et leurs cours pratiques pendant les mois de juillet et août. J’ai suivi certains de ses cours à distance, fait les travaux assez exigeants et reçu ses commentaires précis et pertinents. J’ai beaucoup appris de ses connaissances théoriques élargies et de son expérience pratique considérable.
Pendant dix ans, il a enseigné la naturothérapie à l’université de Paris XIII à Bobigny, première université française à offrir une telle formation qui était destinée aux professionnels de la santé.
 
Conseiller en ressources humaines
Entre ses activités d’enseignement et d’édition des méthodes naturelles de santé, il gagnait sa vie comme conseiller en ressources humaines pour d’importantes entreprises. Il conseillait les dirigeants sur la sélection et le développement des membres de leur personnel. Il était un expert en morpho-psychologie, analyse du type psychologique et des aptitudes par la forme du visage et du corps et en graphologie, analyse du caractère et de la personnalité par l’écriture. En moins d’une heure, il pouvait définir le type d’une personne et établir dans quels postes elle serait efficace.
 
Personnalité controversée
Passebecq aimait le débat et la polémique : à quelques reprises il a été accusé de pratique illégale de la médecine, notamment suite à la diffusion de son programme Cessez de fumer en 10 jours, et ses témoignages en cour étaient pour lui l’occasion de défendre les méthodes naturelles de santé. Sa plus grande satisfaction était d’aider des milliers de gens à retrouver et conserver leur santé. Il ne manquait donc pas une occasion de contester la médecine officielle et de traiter de noms disgracieux ceux qui répandent des traitements qui font plus de torts avec les «effets secondaires» de leurs méthodes.
Il n’était pas peu fier d’avoir initié un cours universitaire en naturothérapie où il amenait des professionnels de la santé à faire table rase de toutes leurs interprétations antérieures qu’ils prenaient pour la vérité avant de les instruire des concepts et techniques propres à l’hygiène vitale, terme qu’il préférait à hygiène naturelle.
Il enseignait comme les maîtres de sa génération : les élèves devaient y participer pour connaître sa pensée et non pour faire valoir la leur. Ses cours, alimentés par sa large érudition, n’étaient pas dénués d’humour.
 
Pionnier de la santé autonome
À 25 ans, André Passebecq avait lui-même cherché vigoureusement et finalement trouvé dans les méthodes naturelles une façon de se guérir d’un ulcère d’estomac, après avoir essayé les applications inefficaces des approches médicales. Par la suite, il a mis toutes ses énergies à connaître et faire connaître ces approches efficaces et non violentes.
Comme il n’y avait alors pas d’écoles en France, il est allé étudier en Angleterre la médecine dite naturelle dans une petite université qui avait sa propre clinique et où les cours commençaient le matin par une tournée des patients résidents et se poursuivaient par l’analyse de ces cas puis par les cours d’anatomie, physiologie et prophylaxie. Il a complété sa formation par des cours dans plusieurs instituts privés et stages comme résidents dans des cliniques utilisant les méthodes naturelles comme celle de Thomson en Écosse, qui dirigeait aussi une formation professionnelle à l’université d’Édimbourg. Il importa la méthode de rééducation visuelle de Bates après avoir reçu son diplôme de cette école à Londres. Il ne cessa de chercher, trouver, expérimenter, enseigner toutes les approches qui pouvaient contribuer à la santé et à la qualité de vie par des méthodes naturelles et non violentes.