Introspection et action


Introspection et action

 

Louise Barrette


 

Quelle belle saison que l’hiver pour faire un retour en soi ! Ce dépouillement du paysage tout blanc est propice à retracer les points forts et faibles de notre trajectoire vers une santé optimale. Les sons atténués de la nature, feutrée de neige, nous y invitent. Le poète Émile Nelligan a si joliment écrit notre hiver canadien: « Ah! Comme la neige a neigé. »

J’ai marché en écoutant le craquement de mes pas sur la neige, dans l’air sec! Puis, au retour, à l’abri des rafales, sentant mes joues rougies de froid, j’ai désiré vous partager mes réflexions sur cette démarche exploratoire de notre vécu qu’est l’introspection. Elle consiste à identifier des blocages, des retenus, des malaises, à les dissoudre dans l’acceptation, puis à poser des gestes pour devenir plus vibrant de santé selon le modèle hygiéniste écologiste.

Nous avons l’occasion d’être des piliers de savoir, de sérénité, de discipline, pour notre communauté qui devient, de plus en plus, éveillée au végétarisme, à la simplicité volontaire, l’écologie, l’alimentation biologique, etc. Communiquer et collaborer sur le plan communautaire peut palier, bien qu’humblement, au bouleversement des écosystèmes, à la réduction de la biodiversité, au réchauffement planétaire, aux crises économiques, au coût exorbitant des services de santé pour une population déjà endettée, à une produits alimentaires traités abusivement. Promouvoir les valeurs de l’hygiénisme est le signe d’un dynamisme vital en santé. Il est merveilleux que chacun puisse le faire à sa façon, au nom de son expérience personnelle, sans risque d’empiéter sur le terrain d’un professionnel de la santé.

Soyons confiant de découvrir nos zones ombragées. Le fait de trébucher sur des écueils inattendus, loin d’être un faux pas, nous indique la voie à suivre comme si une sentinelle vigilante postée aux détours de la vie nous invitait au renouvellement, au dépassement. Nous sommes naturellement prédisposés à la réflexion, cependant notre mode de vie accéléré ne la favorise pas. Le support d’un ami ou d’un spécialiste peut être nécessaire pour avoir accès à nos mécanismes inconscients, aux raisons de nos tendances habituelles. Un auteur, un rêve, un mot récurrent, peuvent nous orienter sur des pistes.

Dans une première étape d’introspection, je vous invite à visiter, sans attentes, les six dimensions du bien-être, soyez libres de les modifier. Rendez-vous disponible à :

  1. ressentir les sensations physiques internes et externes d’inconfort, par exemple raideur, malaise, cerne, crampe, douleur, tension, et autres.
  2. devenir conscient des pensées disharmonieuses ou mal adaptées bien que légitimes (croyances , impatiences, intolérances sous les expressions : on doit, il faut ou aurait dû, toujours, jamais et autres)
  3. accueillir votre affectivité perturbée : émotions anciennes et nouvelles, telles que anxiété, peurs, colères, peines.
  4. revoir les gestes impulsifs en réaction légitime, en observer les conséquences et vérifier si cela a généré le niveau d’harmonie souhaitée.
  5. vous sentir davantage relié à des écosystèmes en adoptant des comportements plus écologiques
  6. vérifier la fidélité et la confiance en vous sur le chemin de votre mission de vie.

La santé globale est tributaire de ces six dimensions. Nos tolérances, susceptibilités et habilités d’adaptation varient d’une personne à l’autre.

La deuxième étape consiste à accepter toute prise de conscience sans jugement : les faits, les malaises, et les conflits. Il existe une synergie intelligente en nous.
La troisième étape initie un mouvement vers une tentative de ré-solution. La motivation instinctive à exprimer notre créativité va jaillir au moment du choix d’une action, si imperceptible soit-elle. S’il n’y a aucune motivation, apportez un amendement. (voir plus bas). Par le seul fait de lancer un souhait, d’avoir une intention, on est déjà sur la trajectoire du mieux-être. L’univers nous répondra à sa manière.

Imaginez-vous ressentir une vitalité accrue, que feriez-nous? Définissez-le clairement, affirmer davantage votre champ d’expertise. Nous en avons tous un, par exemple la meilleur salade de betterave en ville ou dans le rang!. Pour ma part, lorsque je consomme plus de 85% d’aliments vivants non cuits par jour (fruits, légumes, graines et noix), je me sens très motivée à promouvoir le crudivorisme.
La motivation est tributaire du dynamisme vital. Il est en quelque sorte un amalgame d’éléments matériels et immatériels, comme un terreau intérieur à cultiver:

  • les éléments physiques : organes, muscles, nerfs, os, dont les cellules spécifiques sont nourries par le sang.
  • les éléments psychologiques : valeurs, croyances qui influent sur les pensées. Elles se matérialisent en sécrétions biochimiques initiant des émotions, qui génèrent des comportements.

Les racines des valeurs hygiénistes se développent dans ce terreau, à mesure que deviennent concluantes les expériences réalisées pour soi et pour le plus grand bien de tous.
Pour améliorer notre terreau intérieur, éliminons les substances inertes, oxydantes, les toxines, que ce soit par la méthode rapide qu’est le jeûne ou par un plus grand apport d’aliment cru qui fournit les enzymes nécessaires à l’assimilation des minéraux dont dépend la qualité du courant énergétique curatif. Cette force vitale est renouvelable tant que le métabolisme le permet, possiblement cent vingt années!
Les amendements physiques à notre terreau (aliments vivants alcalins bien combinés, l’eau, l’oxygène) et psychologiques (amour, support, encouragement, respect, etc.) l’enrichissent, tandis que les produits chimiques et les interventions relationnelles restrictives telles que préceptes, corrections, sanctions, privations, carences affectives, selon leur intensité et fréquence, appauvrissent les structures biologiques et mentales et créent des dysfonctions. Ainsi, souvent à notre insu, en réponse à ces conditions s’élaborent des croyances erronées, des interdits mentaux, des programmations inconscientes de peur, qui conditionnent nos réactions. Sont ainsi élaborés des mécanismes de survie au détriment de notre épanouissement. Les décisions à prendre pour se libérer seront assurément plus faciles si on mange peu et simplement cru.
Maintenez une ambiance d’harmonie au moins quelques heures par jour. Cherchez le réconfort d’un lit douillet. Prenez du repos. La santé est dynamique. Elle est toutefois à risque de devenir précaire et instable par surcharge, épuisement, et intoxication. Alors, retour à la case « départ », bonne introspection!

Si vous désirez développer des racines profondes en hygiénisme pour y puiser une nouvelle motivation à plus de bien-être, nous vous proposons d’assister à la prochaine activité, le panel sur l’hygiénisme.
Êtes-vous à la recherche d’un art, d’une science, d’une école, ou philosophie ? Ensemencez votre terreau intérieur de graines d’humour et de compréhension. Devenez plus libres de prendre conscience et de comprendre votre cheminement en tant hygiéniste ainsi que votre rôle dans votre communauté.
Bienvenue à vos amis-es, invitez-les à confronter comme vous leurs savoirs et croyances sur l’hygiénisme au 21e siècle.