Hippocrate était un hygiéniste

 
On dit qu’Hippocrate est le père de la médecine. En fait, on doit comprendre qu’il était hygiéniste, car il indiquait aux gens comment adapter leur hygiène de vie pour être en santé. Il appliquait certains principes qui sont valables encore aujourd’hui, comme «Que ton aliment soit ton remède.», «Collaborer avec le nature qui guérit.», «Ne pas nuire à l’action du corps.», «Respecter la fièvre.» etc. Il recommandait d’adapter son mode de vie à son type biologique : selon qu’on est bilieux, sanguin, lymphatique ou nerveux on doit avoir un mode de vie différent et personnalisé.
Il exigeait de ses étudiants qu’ils prononcent le «serment d’Hippocrate» qui est encore utilisé de nos jours. Ils juraient notamment d‘enseigner les voies de la santé, de recommander un régime favorable, de s’’abstenir de nuire, de ne remettre à personne du poison, d’exercer ;rit art dans la pureté, l’honneur et la probité, de ne pas se laisser influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire, de taire les secrets qui leur sont confiés, de donner des soins gratuits à l’indigent, d’avoir le courage de douter de soi-même et de ne prendre pour leurs patients aucun risque qui mettrait leur santé en péril, d’apporter un réconfort, de se rappellerai que prévenir vaut mieux que guérir.
 
L’hygiène vitale ou hygiène naturelle
L’hygiène vitale ou hygiène naturelle, enseigne la science de la santé par les méthodes naturels. Cet art de vivre se fonde sur l’application dynamique équilibrée des facteurs de santé. Elle enseigne à reconnaître et combler les besoins vitaux du corps, et à coopérer avec le corps au rétablissement de ses équilibres. Elle propose un programme à la fois préventif et curatif de mise en forme. Elle favorise le fonctionnement optimal de l’organisme par ses diverses fonctions, alimentation, élimination, activité et repos.