Combinaisons alimentaires raisonnées

 
Certains aliments…
D’autres aliments…
sont juteux
sont secs
Demandent peu de salive
Demandent beaucoup de salive
sont acides
sont alcalins
se digèrent rapidement
se digèrent lentement
se digèrent dans l’estomac.
se digèrent dans l’intestin
contiennent des sucres
contiennent des amidons
Par instinct…
quand on a faim pour des aliments juteux on n’a pas faim pour des aliments secs
quand on n’a faim pour des aliments sucrés on n’a pas faim pour des aliments farineux.
Quand on a faim pour des aliments acides on n’a pas faim pour des aliments alcalins
Etc.
Combiner des aliments incompatibles    
Combiner des aliments compatibles
rende la digestion difficile
facilite la digestion
ralentit la digestion
accélère la digestion
cause des lourdeurs, des fermentations
cause un confort, une légèreté
 
Clés pour mieux digérer
·        Ne pas boire en mangeant
·        Ne pas combiner sucres et amidons
·        Ne pas combiner acides et amidons
·        Manger les crudités au début du repas
·        Manger un repas de fruits
·        Ou un repas de légumes et amidons
·        Ou un repas de légumes et protéines

 

Régime Okinawa Alimentation saine et longévité

 
À Okinawa la plupart des gens vivent jusqu’à 100 ans.
Leur alimentation :
– 7 légumes et 3 fruits par jour,
– 7 portions de céréales complètes ou de légumineuses, 
– 2 plats à base de soja, 
– 3 plats de poisson par semaine, 
– beaucoup d’eau, de thé, d’herbes et d’algues, 
– très peu de viande, de produits laitiers, d’alcool et de sucre.
 
Devise : manger à 80% de sa faim.
 
Menu type
Matin : une mangue, muesli de flocons : avoine, riz, quinoa, etc. quelques noix, boisson de soja, thé vert.
Midi : salade : carottes, radis noirs, concombre, graines de sésame et sauce soja.
Soupe miso
Sushis de thon ou de saumon avec du riz complet.
Une orange et du thé vert.
Soir : salade : tomates et haricots rouges,
lentilles
demi papaye.
thé au jasmin.
 
Les meilleurs aliments d’Okinawa
– Soja : tofu, miso, haricots de soja : source de protéines végétales.
– Patate douce : source de vitamine A, fibres et glucides lents.
– Riz : source de glucides lents.
– Poisson : source de protéines et de bons gras
– Algues : source de minéraux.
– Chou : source de fibres, vitamine C.
– Céréales complètes : source de fibres et de glucides lents.

  

Sucre Danger

Le sucre ajouté est toxique, aussi dommageable que l’alcool. Les preuves s’accumulent en laboratoire.

À long terme, un ajout de 25% des calories en sucre, proportion moyenne du sucre rajouté dans l’alimentation nord-américaine, rend apathique, stérile, abrège la vie. 

Manger santé à bon marché

Si on veut être en santé, productif et heureux, on gagne à choisir ce qu’on met dans son assiette et celle de sa famille.
De tous les postes budgétaires d’une famille, le panier d’épicerie est le plus élastique. On ne peut pas couper sur le loyer, les transports, les fournitures scolaires, etc. L’alimentation reste la dépense où on peut couper. Jusqu’où peut-on économiser et bien manger?
On pense souvent que bien se nourrir coûte cher. Or, tout juste le contraire, bien manger coûte moins cher que manger comme la moyenne des consommateurs.
 
Combien de plus?
Des chercheurs de Harvard ont évalué le à budget consacré  à l’alimentation aux États-Unis, au Canada, en France, au Japon et en Afrique du Sud. Selon leurs calculs, il en coûte en moyenne  $1,50 de plus par jour par personne pour manger sainement. Ainsi, pour une famille de 4, on parle de 2 190$ de plus par année. Suffisamment pour grever un budget familial.
 
Pourquoi bien manger devient-il un luxe?
Logiquement, si je cuisine à partir des aliments de base plutôt que d’acheter tout fait, j’économise. Cependant, cette logique ne semble pas toujours s’appliquer… On peut comprendre que les ingrédients industriels, achetés en grande quantité, coûtent moins chers au kilo que les ingrédients domestiques. Pourquoi les aliments non transformés se vendent-ils plus chers que les aliments transformés? Le coût du processus industriel ne nous est certes pas offert en cadeau par le fabricant!
 
Un comptable a étudié la question du budget familial. Sa conclusion : le premier poste sur lequel on peut économiser, c’est l’alimentation. Cuisiner soi-même ce qu’on mange coute 50% moins cher qu’acheter un plat préparé à l’épicerie et 80% moins cher que de manger le même plat au restaurant.

  

Régime de Leonardo da Vinci

 
·        Ne mange point sans avoir faim.
·        Soupe légèrement.
·        Mastique bien
·        Mange que des aliments simples, légèrement cuits.
·        Tiens-toi droit en sortant de table.
·        Ne cède pas au sommeil à midi.
·        Sois sobre pour le vin, prends-en souvent et en petites quantités, mais pas l’estomac vide.
 
Autres conseils santé
·        Va à la toilette dès que la nature te le demande.
·        Ne te couche pas à plat ventre ni la tête basse.
·        Évite l’air vicié.
·        Couvre-toi bien la nuit.
·        Préserve-toi de la colère.
·        Repose ta tête et tiens-toi l’esprit en joie.
·        Fuis la luxure et observe la diète.

·        Ne prends pas de médicament ; tu te ferais du mal. 

Manger mieux pour entendre mieux

Alimentation et audition
  
On pense souvent que l’audition se perd inévitablement avec l’âge ou par le fruit du hasard. La condition de l’ouie dépend de plusieurs facteurs physiques, psychologiques et environnementaux. Examinons son lien avec l’alimentation.
On peut perdre progressivement l’audition quand on ne mange pas assez d’aliments sources de nutriments et trop d’aliments sources de toxines.
Pour bien fonctionner nos oreilles et le circuit neuro-auditif qui lui est relié ont besoin de nutriments spécifiques en quantité et qualité suffisantes.
 
Oméga 3
Un apport de 3 g d’acides gras essentiels oméga 3 par jour a été mesuré comme seuil pour conserver une audition  efficace.
On trouve ces nutriments dans les noix crues et les graines de citrouille et autres.
 
Vitamines B
Un apport quotidien en vitamines du complexe B, et notamment 800 mcg de folate et 100 mcg de B12, est relié à l’efficacité de l’audition.
On retrouve la vitamine B9, l’acide folique, dans les légumes verts feuillus, les haricots et les graines de tournesol.
On trouve la vitamine B12 se trouve dans la viande, mais aussi dans la levure. La flore intestinale peut aussi en fabriquer.
 
Manganèse
Un apport quotidien de 10 mg manganèse a été évalué comme essentiel à l’audition.
On le trouve notamment dans le persil, la patate douce.
 
Sélénium
Un apport quotidien de 55 mcg de sélénium, un antioxydant, est essentiel au maintien de l’audition.
On le trouve en particulier dans la noix du Brésil.
Une simple noix du Brésil mangée directement de la coquille apporte100 mcg de sélénium.
 
Toxémie et perte d’audition
Le surplus de toxines, celles que les organes d’élimination, rein, foie, poumon, ne réussissent pas à éliminer est éliminé par les muqueuses. On observe alors un surplus de mucus qu’on élimine alors par le nez, les sinus. Comme on le sait le nez et l’oreille communique. Souvent alors le mucus s’accumule dans la trompe d’Eustache et autres parties de l’oreille interne.
Si cette condition perdure, le mucus souvent s’y accumule, durcit et réduit ainsi l’efficacité de l’audition. On observe le renversement de cette condition quand on élimine de son menu des aliments contenant beaucoup de substances qui doivent être éliminées, quand on adopte une alimentation hypotoxique, et aussi quand on jeûne. Le corps élimine alors davantage, et après une période où on crache et mouche les toxines accumulées qui se liquéfient on observe que l’audition s’améliore.
 
Médicaments nocifs pour l’audition
Il a été démontré que plusieurs médicaments, notamment les statines et les analgésiques, les anti- cholestérolémiants, les anti-inflammatoires non-stéroïdaux, etc.
On observe alors de premiers signes de déperdition, tels que bourdonnements d’oreilles, ou encerclant dans les oreilles.
 

  

Cholestérol Le problème

Origine
Les origines du cholestérol sont diverses.
Son excès, c’est-à-dire quand il y a dépassement de 2,2 g/litre de sang, peut provenir d’une anomalie chromosomique génétique. Il est alors mal aisé d’y remédier.
Mais plus fréquemment, il provient de mauvaises habitudes alimentaires qu’il est possible de modifier.
Le stress, même s’il n’a pas directement un impact sur le taux de cholestérol peut induire, par dommage collatéral, des comportements de grignotage qui agissent sur ce taux.
La quantité de cholestérol élevée peut demeurer silencieuse et seule une prise de sang permet de l’identifier. Cependant on peut observer des anomalies sur le pourtour de la cornée ou des déformations du tendon d’Achille.
 
Classifications
Le cholestérol peut être transporté par des supports différents.
Le HDL est neutre, parce qu’il ne se fixe pas sur les parois des vaisseaux. Il est appelé le « bon cholestérol »
Le LDL, par contre, intervient pour la formation de plaques (athéromes) sur les parois des artères.
Ces surcharges génèrent les rétrécissements des vaisseaux induisant ainsi des thromboses ou un caillot de sang peut provoquer une obturation partielle ou totale (ischémie).
Cette dernière situation entraîne la mort des tissus par manque d’irrigation sanguine
Pour le cœur ou le cerveau, la zone ischémiée est appelée infarctus. Ainsi retrouve t’on souvent un excès de LDL, dans l’apparition des infarctus, artérites et accidents vasculaires cérébraux.
Cela explique que le LDL est appelé le « mauvais » cholestérol.
Le HDL doit être supérieur à 0,45 g/litre de sang chez l’homme. Il doit l’être à 0,55 g/litre pour la femme non ménopausée. 
Le taux de LDL ne doit pas surpasser de plus de quatre fois celui du HDL.
 
Affectations
Il est de notoriété que les femmes ont un taux de bon cholestérol de 20 % supérieur à celui des hommes, sans doute dû à un mode de vie moins destructeur.
Au moment de la puberté, la testostérone fait diminuer le HDL chez les garçons.
Chez la femme, la prise de la pilule peut faire grimper le taux de cholestérol. Les femmes sous pilule doivent faire vérifier leur taux de cholestérol.
Le taux de LDL augmente chez les femmes à la ménopause. A la cinquantaine, il y a souvent rupture du métabolisme en fonction de l’anabolisme. Ce qui favorise l’envahissement des réserves corporelles alimentaires dont celle du LDL.
Par ailleurs, privées de leurs oestrogènes, les femmes retrouvent, comme les hommes, une situation hormonale androgénique.
Dans cette situation, le jeûne moyen est fortement recommandé pour réduire les excès de réserve alimentaire corporelle et partant, diminuer parfois spectaculairement le LDL.
Une alimentation modérée en nutriments énergétiques et caloriques : lipides et glucides, évite une accumulation excessive de LDL.
L’alimentation spécifique du primate humain fruito-végétalien est modérée en aliments caloriques concentrés et favorise un taux de cholestérol idéal dans le sang.
Attention aux médicaments généralement utilisés pour réduire le LDL, car ils apportent des effets secondaires dangereux.
Eviter en particulier les céréales-confiseries bourrées de sucre. Egalement réduire le beurre au profit des huiles obtenues en première pression à froid, notamment tournesol.
La mortalité cardio-vasculaire est imputable proportionnellement, à un excès de présence de LDL.
L’essentiel du cholestérol est élaboré par le foie à partir des graisses ingérées ou à défaut, des glucides amidonnés, notamment céréaliens.
Les œufs et les fromages, aliments de compromis, sont pourvoyeurs de LDL et doivent être fortement diminués chez les personnes à risque de haut taux de cholestérol LDL.
 
Conclusion
Un mode de vie sain avec la pratique de l’alimentation spécifique humaine, associée à une activité adaptée, réduit le LDL.
Selon nécessité, la diète et le jeûne seront aussi utilisés pour redescendre le taux de LDL, en cas d’urgence.
Il est malaisé d’accroître le HDL, mais celui-ci, utile, doit être maintenu à son taux maximum.
Rappelons que le cholestérol possède des fonctions positives, dont celle d’aider à la fixation de la vitamine D par voie solaire sur la peau.
Ne craignons pas le mauvais cholestérol, mais agissons pour le réduire constamment.
 

  

Alimentation adaptée à son type morphologique

Chacun a ses gouts, ses besoins, ses aversions particulières en alimentation. Ces tendances varient, notamment selon sa morphologie. Le type physique, acquis à la naissance, influence profondément ses réactions physiques et psychologiques pendant toute la vie. Il est aussi influencé par ses habitudes de vie alimentaires.
Pour équilibrer son menu, on adapte son alimentation et son mode de vie à son type morphologique. Le musculaire, le respiratoire, le cérébral et le viscéral ont un rythme d’énergie différent et doivent se nourrir différemment.
Les types morphologiques purs sont rares. En général, on a un type principal et un type secondaire. Pour déterminer son type morphologique voir les tableaux suivants.

 
 
 
Musculaire – Bilieux
      Type équilibré
Cérébral – Nerveux
Type extrême
Viscéral – Lymphatique
Type extrême
Respiratoire – Sanguin
Type équilibré
 
Le musculaire
Physiquement, le musculaire, robuste, tonique, a une silhouette plutôt carrée et une musculature volumineuse et puissante.
Psychologiquement, il affiche un caractère affirmé, impérieux et réalise des projets concrets.
Ses besoins alimentaires sont forts. Il a un appétit particulier pour les nourritures concentrées, les plats consistants, épicés.
Comme il ressent peu la fatigue et qu’il récupère rapidement, il est peu sensible aux excès de nourriture. Il est donc tenté de faire des excès qui, à long terme, lui causeront des problèmes de santé tels que rhumatismes, troubles cardiovasculaires et circulatoires cholestérolémie, etc.
Pour équilibrer son alimentation on lui recommande de :
·         Réduire les protéines animales
·         Réduire les farineux lourds
·         Augmenter les fruits et légumes
 
 
Le cérébral
Physiquement, le cérébral a un potentiel vital global plutôt faible, tant pour les systèmes digestif, respiratoire, cardiaque, osseux et musculaire. Il est prédisposé aux problèmes psychosomatiques.
Psychologiquement, il est fragile.  Il recherche constamment les nouvelles idées. Il angoisse facilement et rapidement.
Pour équilibrer son alimentation on lui recommande de :
·         Adapter les quantités à la digestibilité
·         Modérer la quantité
·         Augmenter les protéines
·         Augmenter les lipides
 
Le viscéral
Physiquement, le viscéral est lourd, avec des réactions lentes et retardées. Ses os, fins ou larges, sont sous-minéralisés. Ses muscles peu développés et peu toniques sont noyés dans la masse de graisse. Il manque de résistance à l’effort physique et au froid.
Psychologiquement, il est lent et passif. Il aime jouir de la vie, mais est peu motivé à l’effort.
Pour équilibrer son alimentation on lui recommande de :
·         Réduire les sucres
·         Réduire les lipides
·         Éviter le lait
·         Augmenter les protéines
 
Le respiratoire
Physiquement, le respiratoire a une vigoureuse fonction cardiorespiratoire et circulatoire. Sa silhouette robuste est assez élancée. Sa musculature est tonique, ses os solides, son thorax large, sa capacité cardio-pulmonaire bonne et ample.
Psychologiquement, il est très sociable et aime être entouré. Il n’éprouve guère de problèmes digestifs ni de malaises dans ses jeunes années. Toutefois, avec l’âge et les excès il a tendance à prendre du poids. Il devient donc de plus en plus rouge, éclatant de santé en apparence mais, progressivement intoxiqué. Il risque de souffrir de rhumatismes, d’hypertension, de troubles cardiorespiratoires, de vertiges, d’accident vasculaire cérébral ou cardiaque.
Pour équilibrer son alimentation on lui recommande de :
·         Réduire les glucides lents
·         Augmenter les protéines végétales
·        Augmenter les fruits et légumes.
 
Portrait physique
 
Anatomie
Type
Musculaire
Cérébral
Viscéral
Respiratoire
Morphologie
Carrée
Courte
Fine
Longue
Ronde
Courte
Losange
Longue
Musculature
Puissante
Faible
Faible
Puissante
Ossature
Forte
Faible
Faible
Forte
Visage
Carré
Triangulaire pointe en bas
Rond ou triangulaire
pointe en haut
Losange
Lèvres
Droites
Serrées
Colorées
Fines
Tombantes
Pâles
Épaisses
Flasques
Pâles
Épaisses
Fermes
Colorées
Mains
 
Fermes
Larges
Dures
Étroites
Molles
Larges
Fermes
Larges
Longues
Peau
 
Sèche
Chaude
Sèche
Froide
Humide
Chaude
Humide
Froide
Démarche
Lente
Ferme
Grands pas
Rapide
Saccadée
Petits pas
Lente
Molle
Pas moyens
Rapide
Souple
Grands pas
 
Physiologie
Type
Bilieux
Nerveux
Lymphatique
Sanguin
Vitalité
Forte
Faible
Faible
Forte
Cœur
Tonique
Faible
Faible
Tonique
Mains
 
Sèches
Chaudes
Sèches
Froides
Humides Froides
Humides
Chaudes
Métabolisme
Rapide
Équilibré
Lent
Frileux
Lent
Transpire vite
Rapide
Équilibré
Sommeil
Moyen
Court
Long
Moyen
Horaire
Constant
Actif le soir
Actif le jour
Constant
Orientation
Nomade
Sédentaire
Sédentaire
Nomade
Sens dominant
Toucher
Vue et ouïe
Goût
Odorat
 
Portrait psychologique
Type
Musculaire
Cérébral
Viscéral
Respiratoire
Caractère
Réalisateur
Penseur
Exécutant
Créateur
Psychologie
 
Instinctif
Sociable
Affirmé
Concret
Excessif
Intuitif
Solitaire
Intellectuel
Imaginatif
Anxieux
Instinctif
Passif
Uniforme
Sensitif
Jouisseur
Intuitif
Sociable
Adaptable
Affectif
Insouciant
Orientation
générale
Réalisations concrètes
Diriger
Travaux intellectuels
Innover
Exécution
passive et
répétitive
Relations humaines
Contacts sociaux
 
Alimentation et activité physique selon son type morphologique
Type
Musculaire
Cérébral
Viscéral
Respiratoire
Goûts
 
Excessif
Viandes
Épices
Sélectif
Léger
Excitants
Gourmand
Farineux
Sucres
Gourmet
Choix varié
Toniques
Orientation alimentaire
Réduire les protéines animales
Réduire les farineux lourds
Augmenter
les vitalisants
Adapter les quantités à la digestibilité
Modérer
la quantité
Augmenter les lipides
Réduire les sucres
Réduire les lipides
Éviter le lait Augmenter les protéines
Réduire
les glucides lents
Augmenter les protéines végétales
Augmenter les vitalisants
Aptitude sportive par ordre de choix
Endurance
Force
Vitesse
Adresse
Vitesse
Adresse
Endurance
Force
Activité variée
Perdre du poids d’abord
Choisir ensuite
Vitesse
Adresse
Endurance
Force

  

Régularité intestinale Adieu constipation

Définition
La constipation est une évacuation difficile et rare des selles. Même si le rythme intestinal peut varier d’une personne à l’autre, quand on ne défèque pas à chaque jour on doit se poser la question : La défécation est-elle difficile ?
C’est un problème très fréquent dans les pays industrialisés.
 
Mécanisme
Après avoir transité par l’estomac et l’intestin grêle, les aliments entrent dans le côlon, le gros intestin. Long de 1 m et composé d’une série de muscles, le côlon pousse les aliments digérés jusqu’au rectum. Pendant ce passage les selles se forment et l’eau qu’elles contiennent est absorbée en grande partie. Lorsque les selles atteignent le rectum, le réflexe de la défécation se déclenche et avertit la personne qu’elle doit aller à la selle. Si on ignore ce réflexe, il disparait après quelques minutes.
 
Causes
La constipation dépend de plusieurs causes : d’abord l’alimentation, puis l’inactivité physique, et enfin l’attitude psychologique et… la consommation de médicaments (narcotiques), antiacides, anticonvulsants, antidépresseurs, diurétiques, etc.) et certains suppléments (fer, calcium).
Les hémorroïdes et les fissures anales entrainent souvent la constipation car la douleur incite à se retenir.
 
Fausses solutions
Les laxatifs (poudre, liquide, comprimés, granules ou gomme à mâcher) insensibilisent l’intestin, et, à la longue, les contractions naturelles ne se font plus, ce qui empire la constipation. Si on en prend régulièrement on devrait les éliminer progressivement.
De même les plantes fortement laxatives telles que le séné doivent être évitées car elles sont irritantes.
 
Solutions
Les solutions sont évidentes.
1.       Consommer progressivement plus de fibres alimentaires, 5 g de fibres de plus par semaine, jusqu’à 30 g par jour. Éviter cependant de consommer trop de fibres, par exemple 50 ou 60 g, car alors le transit trop rapide peut diminuer l’absorption de certaines vitamines et minéraux.
2.       Consommer suffisamment de liquide surtout celle contenue dans les aliments, car les fibres doivent s’imbiber d’eau pour faciliter le transit intestinal.
3.       Marcher 1 heure par jour, ou pratiquer une activité physique équivalente.
4.       Se détendre : rester confiant, surtout envers les entants. Les personnes âgées et les femmes enceintes doivent accorder une attention particulière à ces éléments de mode de vie.
 
Fibres alimentaires
Certaines fibres alimentaires sont solubles, elles se dissolvent dans l’eau et d’autres sont insolubles, elles absorbent l’eau.
Les fibres solubles, présentes notamment dans l’orge, l’avoine et les légumineuses, forment une substance gélatineuse quand elles se dissolvent. Elles contribuent à régulariser le taux de sucre et le taux de cholestérol dans le sang. Elles ont un effet laxatif.
Les fibres insolubles, contenues surtout dans les céréales à grains entiers, les légumes et les fruits, facilitent le transit intestinal. Comme elles ne sont pas digérées, comme une éponge, elles absorbent jusqu’à 15 fois leur poids en eau. Le volume et le poids des selles s’en trouvent augmentés, ce qui stimule les contractions du côlon. Les selles sont ainsi plus molles et plus faciles à expulser.
Plusieurs aliments contiennent les deux types de fibres. Un régime incluant les céréales à grains entiers, les légumineuses, les fruits et les légumes assure l’organisme du bienfait des deux types.
 
Aliments sources de fibres
Pour atteindre 30 grammes par jour, il suffit de choisir les aliments qui en contiennent suffisamment.
        Une portion de légumes apporte 2 g de fibres
        Une portion de pain, de pâtes de grains entiers ou de riz brun aporte 2 g de fibres.
        Une portion de fruits apporte 3 g de fibres
        Une portion de légumineuses apporte 8 g de fibres
¾ en fibres insolubles
¼ en fibres solubles.
Les céréales entières sont sources de fibres solubles : orge, avoine, etc.
les légumineuses, surtout germées, sont sources de fibres solubles : haricots blancs, rouges, noirs, lentilles, pois cassés, fèves de Lima, pois chiches, etc.
Les fruits contiennent sont sources de fibres solubles : pommes, poires, abricots, pêches, prunes, etc.
Les fruits séchés concentrent les fibres.
Les légumes sont sources de fibres solubles : brocoli, chou de Bruxelles, chou, carotte, navet.
Les pruneaux et son jus ont un effet laxatif certain. Ils ne doivent pas faire partie du menu courant.
 
Aliments à éviter

Les céréales raffinées, le pain blanc, les pâtes faites de farine blanche, le riz blanc, et le sucre ne contiennent pratiquement pas de fibres et tendent à bloquer les intestins. 

Aliments dépannage

 En voyage, en déplacement, on se dépanne facilement si on a


Fruits frais
Fruits séchés
Noix
Eau


 
À la maison, lors de visites à l’improviste on se dépanne facilement avec une provision de :


Beurre de noix
Céréales à cuisson rapide *
Fines herbes
Fruits séchés
Fruits surgelés
Légumes déshydratés
Légumes surgelés
Légumineuses préparés
Noix crues non salées
Pâtes de grains entiers
Riz complet à cuisson rapide
Sel aux plantes
Tomates préparées


* Bulgur Kasha Semoule


 
The 10 Healthiest Packaged Foods
Jeff Novick, MS, RD
(Update 12/3/12)
The healthiest foods are the foods that come straight out of the garden and are consumed in their natural form or as simply prepared as possible. These foods are fresh fruits, vegetables, starchy vegetables, legumes, and intact whole grains and should be the focus of any healthy diet.
Packaged and processed foods are usually loaded with fats, free oils, salt, refined sugars/sweeteners and refined carbohydrates/grains, They are also almost always calorie dense.
However, there are some packaged and processed foods that can be included as part of a healthy diet. And in fact, keeping some of them around and on hand, can actually make following a healthy diet, easier.
Everyone always wants to know what foods I personally eat and/or recommend. So, I went around my house and looked around to see what packaged and processed foods I had in my house and would recommend to you, and why.
Here they are.
1) Frozen Vegetables
Vegetables are the most nutrient dense food there is and including more of them in your diet is a key to improving the nutritional quality of your diet. Unlike many canned vegetables, plain frozen individual vegetables usually have no other added ingredients. Frozen peas and beans may have some added salt, but they usually make my 1:1 sodium/calorie guideline. Frozen vegetables can easily be thawed and including as part of a healthy recipe and/or meal. These are one of the main ingredients in my Basic Recipes
Caution: Be careful of all the new fancy frozen vegetable mixes as many come with added sauces that can be high in salt, sugar and or fat. Look for the plain bags of single individual vegetables of vegetable blends.
2) Frozen Fruits
The same reasoning for frozen vegetables also applies to frozen fruits. Look for the ones that contain just frozen fruit and avoid the ones with added sugars/sweeteners. Frozen berries are one of my favorites to keep on hand. Fresh berries are very seasonal, and they also often mold and rot quickly and easily. Frozen berries do not and are available year round. In addition, you can often find wild berries, including blueberries and strawberries, which are often sweeter and more nutrient dense.
3) Quick Cooking Brown Rice
My favorite kind of rice, is basmati brown rice. I love the taste and the aroma, especially when it is cooking. It smells like popcorn popping. However, I do not always have the 40 minutes to prepare the basmati brown rice from scratch. Nor do I always have some cooked up ahead of time. The solution, is anyone of the varieties available of “quick cooking” brown rice. While I do not usually like to promote a specific brand, one brand that I do prefer is Success Quick Cooking Brown Rice.  This brand and variety has to be the simplest and easiest version of quick cooking brown rice ever invented. Many other versions require the measurement of water and rice (which can be troublesome for some). :) However, with this version all you do is place a pre-measured bag in a pot of boiling water for 10 minutes and wah-lah! perfect brown rice. For those of you who want to avoid using the plastic bag, just remove the rice from it and cook in boiling water.  You can now also get frozen pre-cooked whole grain brown rice that is quick and simple to prepare.
4) No Salt Added Shelf-Stable Beans
Next to green leafy veggies and vegetables, beans may be one of the most nutrient rich foods there is. They are rich in nutrients and fiber, very filling and relatively low in calorie density. The problem with beans for many of us is that most beans can take hours to cook and most canned beans are extremely high in sodium. So, for those in a hurry, the solution is to buy no salt added shelf-stable beans.  One of my favorites is Eden Foods No Salt Added Canned Beans. There are about 12 varieties of beans available from them, including Kidney, Black, Garbanzo, Pinto,  Adzuki, etc. Not only are they available online, and in health food stores, I also find most local grocery stores are now carrying them. Just open a can and add them to your favorite dish, recipe or meal. These are one of the main ingredients in my Basic Recipes. Again, while I do not like to promote a specific brand, Eden Foods canned beans are one of the best out there and they are also the only canned bean that is BPA free.  There are also now a few varieties of no-salt added, organic beans that are packed in an aseptic shelf-stable container that are sold by Fig Foods and by Whole Foods.
5) No Salt Added Shelf-Stable Tomato Products
Tomatoes make a great base for many dressings, sauces, soups and meals (i.e., stews, chili’s, etc). However, good fresh tomatoes are not always available year round and some of the one that are available in the off-season are literally tasteless. In addition, while there are some canned varieties that are salt free, most canned tomato products are extremely high in sodium and contain BPA.  However, one brand I prefer is POMI brand tomato products as they are both salt free, shelf stable and BPA free. While these tomato product could never substitute for a fresh "in season" tomato on a salad, they can help make excellent soups, sauces, and meals when fresh tomatoes are out of season or when you are in a pinch. These are one of the main ingredients in my Basic Recipes. If you can’t find POMI Tomatoes, look for any brand of no salt added canned tomatoes. 
6) Intact Whole Grains (Buckwheat, Brown Rice, Oatmeal, etc)
Whole grains that are consumed in their "intact" form are low in calorie density, high in satiety, nutrient rich and shelf stable. They are easy to cook (just add water) and can be the base of many healthy meals and dishes. They also make great additions to soups and salads. Oatmeal, buckwheat, and barley all make a great breakfast and a great way to start the day. Brown rice, cracked wheat, quinoa, and/or millet mixed with vegetables make a great meal, side dish and or salad. My favorites are the ones that I can cook from start to end in 10 minutes. These include oats, buckwheat, quinoa and millet.
7) Whole Grain Pasta
The problem with many whole grain processed products (like bread, dry cereals, bagels, crackers and tortilla’s) is that even though they are whole grain, they are still calorie dense. The only exception is whole grain pasta. The reason is, when you cook whole grain pasta, it absorbs some of the water it is cooked in, which is absorbed into the structure of the pasta, lowering its calorie density. Foods with high water content, are lower in calorie density and generally higher in satiety.
So, unlike most processed whole grains, which have a calorie density of 1200-1800 calories per pound, the calorie density of most cooked whole grain pasta is the same as most intact whole grains and starchy vegetables, which is around 500-600 calories per pound. It is also very quick and easy to cook and can be ready in around 10 minutes. Mix in some fresh or frozen vegetables, some no salt added tomatoes and some fresh spices and you have a healthy, nutritious and filling meal.
8) Dried Fruit
Dried fruit is natures candy. Unlike fresh fruit, it is shelf stable and will not spoil easily. Adding small amounts of dried fruit to dishes can add both nutrition and sweetness. A few raisins or dates can really sweeten up a bowl of fruit and they also go great in a bowl of whole grain cereal like oatmeal or as part of a dessert like baked apples. In addition, they make great additions by adding a little sweetness to a large vegetables salad, or even some cooked dishes like stews and rice.
However, due their high calorie density, go easy on them and think of them more as a condiment.  Dried fruit is around 1200 calorie per pound where is most fresh fruit is under 300 calories per pound
Grapes 300 cal/lbs
Raisins 1357 cal/lb
Plumes 200 cal/lb
Prunes 1100 cal/lb
9) Unsalted Raw Nuts/Seeds and Nut/Seed Butter
Raw nuts and seeds, and the "butters" made from them, are rich in nutrients especially minerals. A few of them, like walnuts and flax seeds are also excellent sources of the omega 3 essential fat. They are also shelf stable and will not spoil easily. They can add creaminess and texture to some home made dressings and dips/spreads and/or soups. I sometimes make a salad dressing that is made from a little tahini (sesame seed butter) mixed with lemon and water. I also add a small amount of tahini to blended garbanzo beans to add some texture to my homemade hummus.
However, due to their extremely high calorie density, go very easy on them especially if weight is an issue for you. In general, I recommend consuming no more than 1-2 oz a day at most. If you are struggling with your weight, I recommend either eliminating them or limiting them even more, to no more than 1oz, 2-5x a week. And, when you do use them, make sure you mix them with something low in calorie density, like vegetables or fruits.
10) Salt Free Spices/Seasonings/Herbs
As you decrease the amount of salt, sugar and oil in your diet, you will begin to appreciate the wonderful natural flavors of food. However, some people still like to add a little "spice" to their life. Fortunately, there are many salt-free spices, seasonings and blends available. Probably the most popular one is Mrs. Dash, which has many varieties available. In addition, for those of you who are not a chef and not familiar with the different flavor combination’s of spices, you can now buy many salt free blends that can help. There are pre-mixed blends of salt-free Italian, Mexican, Indian, Southern and many other blends available.
There you go. My favorite 10 packaged staple foods that are not only good for you and can be included as part of a healthy diet. And in fact, keeping some of them around and on hand, can actually make following a healthy diet, easier.

  

Protéines complètes : un mythe

Origine de cette théorie
Dans la première édition de son célèbre livre Sans viande et sans regrets (traduction de Diet for a Small Planet), l’auteure Frances Moore Lappe, préconisait un système de protéines complémentaires pour obtenir des protéines complètes. Ce livre obtint un très grand succès.
Dans l’Édition du 20e anniversaire, que peu de personnes ont lue, elle se rétracte. On comprend pourquoi la théorie des protéines complètes marche encore !
Elle s’explique :
«Quand j’ai écrit ce livre en 1971, l’idée qu’on pourrait vivre bien sans viande semblait beaucoup plus controversée qu’aujourd’hui. J’ai estimé que je devais prouver aux nutritionnistes et aux médecins qu’en combinant des protéines pour créer des alimentas équivalents à la viande, on pourrait bien vivre avec un régime contenant peu ou pas de viande. Aujourd’hui, on remet peu en question le fait qu’on peut vivre bien avec ce type de régime. En fait, de plus en plus les professionnels de la santé préconisent moins de viande pour des raisons de santé.
En 1971 j’ai préconisé de complémenter les protéines parce que j’ai supposé que la seule façon d’obtenir assez de protéine était de créer une protéine aussi utilisable par le corps que la protéine animale. Pour combattre Le mythe que la viande est la seule façon d’obtenir une protéine de haute qualité, j’ai renforcé un autre mythe. J’ai donné l’impression que pour obtenir assez de protéine sans viande, on devait choisir ses aliments très soigneusement. En réalité, c’est beaucoup plus facile que je pensais.»
 
Remettre les pendules à l’heure
En fait, les aliments végétaux ne sont pas des protéines incomplètes même s’ils ne contiennent que de faibles doses de certains acides aminés.
Les aliments végétaux ne sont pas des protéines incomplètes même si l’un ou l’autre contient de faibles quantités de certains acides aminés. Il n’est donc pas nécessaire de combiner certains aliments à chaque repas pour réunir les acides aminés qu’on considère essentiels. Certains aliments végétaux peuvent avoir moins d’un ou deux acides aminés quand on les compare à certains produits animaux. Mais ces quantités sont suffisantes pour répondre aux besoins humains.
Le corps a une réserve d’acides aminés, aisément disponible et peuvent être utilisée au besoin.
La référence originale à la protéine standard, l’œuf,  avait été établie lors d’expériences alimentaires avec de jeunes rats, qui ont des besoins en acides aminés très différents des humains. Donc ce concept était complètement erroné dès le début.
Récemment, dans un cours de nutrition, je soulignais la valeur d’une alimentation végétale pour répondre aux besoins alimentaires humains. Une femme a levé la main et a déclaré : «J’ai lu que les aliments végétaux ne contiennent pas tous les acides aminés essentiels dont on a besoin, pour être en bonne santé. Nous devons ou manger des protéines animales ou combiner certains aliments avec d’autres pour nous assurer que nous obtenons des protéines complètes.»
J’ai été un peu étonné de l’entendre, puisque c’est un des mythes les plus vieux liés au végétarisme et qui a été réfuté il y a longtemps. Quand j’ai souligné cela, la femme s’est identifiée comme une étudiante résidente en médecine ; elle a expliqué que son manuel actuel en physiologie humaine l’affirmait et que dans ses cours, ses professeurs avaient souligné ce point.
Si les mythes comme celui-là non seulement abondent dans la population en général, mais aussi dans la communauté médicale, comment peut-on vraiment apprendre comment manger sainement ? Notons aussi que ce mythe est très répandu parmi les végétariens. Il est important de corriger cette désinformation parce que beaucoup de personnes ont peur de suivre des régimes végétaliens ou végétariens sains, constitués entièrement ou principalement de végétaux, parce qu’ils s’inquiètent «de protéines incomplètes» des plantes.
Comment le mythe de la «protéine incomplète» est-il devenu si répandu ?
 
Une erreur considérable
On peut excuser Françoise Moore Lappe qui n’était ni nutritionniste, ni physiologiste, ni médecin, une sociologue essayant de mettre fin à la faim du monde. Elle s’est rendue compte qu’il y avait beaucoup de perte dans la conversion de la protéine végétale en protéine animale et elle a conclu qu’en mangeant de la protéine végétale, on pourrait nourrir beaucoup plus de gens.
 
Besoins en acides aminés
D’où vient le concept «d’acides aminés essentiels» ? En 1952, William Rose et ses collègues ont mené une recherche qui a déterminé les besoins humains des huit «acides aminés essentiels». Ils ont établi  la dose minimale d’acide aminé en la fixant à la quantité la plus grande exigée par un participant à leur étude. Pour fixer l’apport minimal recommandé en acides aminés, ils ont tout simplement doublé cette dose.
Aujourd’hui, si on calcule la quantité de chaque acide aminé essentiel fourni par des aliments végétaux non traités et si on compare ces valeurs à celles établies par Rose, on constate que n’importe lequel de ces aliments végétaux naturels entiers fournit tous les acides aminés essentiels en doses suffisantes et même excessives.
 
Que retenir
La théorie des protéines végétales incomplètes et complémentaires était fondée sur l’idée d’équivaloir à la protéine animale, pour rassurer les nutritionnistes et les médecins.
Selon cette théorie on devait combiner au même repas, un aliment source de tel acides aminés et un aliment source d’autres acides aminés, par exemple, beurre d’arachide et pain, lait et légumineuses, etc.
En fait, il est important de varier ses sources de protéines végétales et d’obtenir cette complémentarité dans son menu général et non à chaque repas.
 

  

Manger santé au resto ou à la cafétéria

Voici quelques conseils pratiques pour garder le cap sur la santé quand on mange à l’extérieur.
 
Au restaurant
Il est tout à fait possible de manger santé au restaurant, tout en se régalant. Voici quelques trucs.
Poser des questions
Demander le mode de préparation, si le produit est cru, frit, bouilli, grillé, etc. Certains restaurants donnent la quantité de gras, de sucre, etc. dans leurs plats. On peut aussi le demander.
Demander des modifications, des remplacements
Par exemple, un choix différent de sauce à salade, ou encore de mettre cette sauce à part, ou sans glutamate, ou remplacer des frites par une salade, du riz ou une pomme de terre au four.
Demander une préparation spéciale
Les cuisiniers connaissent leur métier et ont suivi des cours de cuisine santé. À moins d’être débordés, ils se font un plaisir de préparer un plat de légumes légèrement sautés ou grillés avec riz ou légumineuses.
Rechercher les buffets
La variété de plats offerts, tant crus que cuits, est si grande que chacun peut y trouver son compte. On peut prendre quelques bouchées d’un plat et en prendre davantage s’il nous convient. Devant un buffet on est aussi tenté de manger davantage!
Préférer le menu à la carte
En choisissant le menu à la carte on choisit ce qu’on veut vraiment, plutôt que de prendre aussi la boisson et le dessert compris
Arriver avec un appétit normal
En prévision d’un repas au resto, on peut être tenté de manger moins durant la journée. Vaut mieux manger normalement pour éviter les excès de table au resto.
Prendre les plus petits formats
Les portions ont grossi au cours des ans! Plusieurs plats se retrouvent en différentes quantités, petit, moyen, grand : souvent la portion pour ainés ou même la portion pour enfant peut suffire à combler la faim..
Partager le contenu d’une assiette
Quand on est deux, on peut facilement partager. On peut demander deux assiettes pour un plat. Par exemple, chacun prend une salade et on partage un pot-au-feu.
 
Des choix santé et savoureux dans des restaurants spécialisés
Rôtisserie
Brochette contenant des légumes et une protéine de son choix.
Italien
Soupe minestrone, pâtes avec sauce aux légumes (primavera), risotto, légumes grillés..
Mexicain
Plats de légumineuses, fajitas.
Grec, moyen-oriental
Souvlaki en brochette, kebab, couscous aux légumes, houmous.
Indien
Plats de légumineuses, tempura.
Japonais, thaïlandais
Sushis au choix, pad-thaï, salade d’algues.
Chinois, vietnamien
Sauté, chow mein de légumes, rouleaux de printemps.
Petit-déjeuner
Fruits frais, yogourt, céréales chaudes, muffin anglais, oeufs, beurre d’arachide, fromage frais.
Pizzéria
Pizza à croute mince (idéalement de blé entier), garnitures de légumes; réduire la quantité de fromage.
 
À la cafétéria
Entrée
Potage à base de légumes
Salade
Plat principal
Mets grillés ou au four
Sandwich (pain de grains entiers)
Accompagnements
Légumes crus et cuits
Pomme de terre au four
Riz
Pain de grains entiers
 
Boissons
Eau
Jus de fruits à 100 %
Jus de légumes
Desserts
Yogourt
Fruits frais ou en salade
Barre granola nature
 
 
À la distributrice
 
Collations
Fruits séchés
Noix
Desserts
Salade de fruits
Yogourt
Barres aux grains entiers ou à l’avoine
Boissons
Eau (de source, minérale ou gazéifiée)
Jus de fruits à 100 %
Jus de légumes
 

  

Fibres et santé

 Depuis nombre d’années le ministère de la santé recommande de diminuer de moitié notre consommation de sucre et de gras et de doubler notre consommation de fibres alimentaires.
Même si elles n’ont aucune valeur nutritive, les fibres alimentaires sont essentielles à une alimentation équilibrée, une digestion efficace, au transit intestinal et à la régulation des métabolismes, par exemple les taux de cholestérol et de sucre sanguin. Elles exigent plus de mastication, comblent mieux la faim à cause de leur volume. En diluant le bol alimentaire et en accélérant le transit intestinal, les fibres freinent la dégradation microbienne et la fermentation des aliments.
 
Les fibres solubles sont molles, par exemple le son d’avoine: elles contribuent à régulariser la glycémie et la cholestérolémie.
Les fibres insolubles, par exemple le son de blé, contribuent à la régularité intestinale.
Les graines de lin ou de psyllium gonflent dans l’intestin avec l’eau qu’on boit. Elles stimulent le transit intestinal : on ne devrait pas les consommer couramment; il vaut mieux manger des aliments fibreux, tels que fruits et légumes crus.
 
Une portion de fibres…
Haricots au four (125 ml)
Lentilles cuites (125 ml)
Son de blé (50 ml)
Céréales de flocons de son (30 g)
Céréales de son d’avoine cuites (250 ml
Deux tranches de pain de blé entier
Raisins secs (50 ml)
1 orange ou 1/2 pamplemousse
1 poire ou 1 pomme
Pois (125 ml)
 
Un apport de fibres…
2 portions de légumes
3 portions de fruits
5 portions de céréales à grains entiers 
5 tranches de pain à grains entiers
600 ml de riz brun
1 portion de céréales riches en fibres
125 ml de légumineuses
 
Dégénérescence du côlon
Dans les pays industrialisés, les dégénérescences des côlons –constipation, syndrome du côlon irritable, polypes, cancer, etc.– se multiplient. Dans ces populations on consomme beaucoup d’aliments raffinés, pratiquement dépourvus de leurs fibres.
Dépourvues de fibres, les selles rapetissent et durcissent.
De même, elles évacuent la flore microbienne en excès. Et, nettoyant le côlon sans le blesser, elles contribuent à y maintenir un milieu sain. Plus le bol alimentaire contient de fibres, plus le transit intestinal est rapide.
 
Principaux rôles des fibres végétales
Hydratées, elles absorbent les toxines et contribuent à leur évacuation plus rapide et plus complète. De plus, elles activent et nourrissent les bactéries bienfaisantes, tout en freinant le développement de germes pathogènes.
 
Le son et le pain
Le raffinement des céréales privent les farines du germe et du son, donc des fibres mais aussi  des vitamines A, B, E et plusieurs minéraux et oligo-éléments (calcium, phosphore, magnésium, fer, cuivre, zinc, etc.).
 
Fibres pour régulariser son poids
Les fibres solubles accentuent la sensation de satiété : en effet, elles exigent de les mastiquer davantage, absorbent une grande quantité d’eau et ainsi augmentent le volume des aliments et restent plus longtemps dans l’estomac, ce qui amène à moins manger. Elles stimulent le transit intestinal. Elles diminuent les taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Grâce à tous ces facteurs elles régularisent le poids.
Parmi les plus importantes sources : graines de lin, de chia, son d’avoine et l’orge, fruits (agrumes, fraises, pêches, etc.), légumes (carotte, courges, asperges, patate sucrée, etc.) et les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges, blancs, noirs, etc.).
La cellulose tendre des fruits est particulièrement bien adaptée à notre intestin.
 
Manger sans fibre
Dans des situations oû le colon a besoin de repos pour se régénérer, se réparer, on gagne à manger sans fibre pour que l’intestin se repose.
La solution la plus simple est de jeuner car pendant le jeûne, l’intestin se repose et n’évacue pas.
Une autre solution consiste à se nourrir de jus : on absorbe les nutriments, sans les fibres.
On peut aussi manger sans absorber les fibres : on mastique à fond, par exemple sa pomme, son cèleri, sa mangue, etc. puis on rejette à la poubelle
 

  

Anatomie et de physiologie comparées du système digestif

Vaut-il mieux manger comme un lion, un ours, une vache ou un singe ?
Chaque espèce a une alimentation spécifique. L’anatomie et la physiologie humaine ressemblent à celle des singes anthropoïdes, qui se nourrissent de 80 % de fruits crus et de 20 % de légumes verts et racines. On observe des différences évidentes : un chien a des canines longues et tranchantes pour déchirer la chair animale.
Le système digestif a d’autres différences moins visibles mais fondamentales : les carnivores ont un intestin court et l’humain en a un long. Plus l’intestin est long, plus on peut digérer la fibre alimentaire. Plus on consomme d’aliments carnés, plus l’intestin doit être court pour favoriser une évacuation rapide. Le carnivore a un foie plus volumineux, a un estomac plus robuste.
En adoptantun régime végétarien on voit tous les indices de sa santé s’améliorer : tension artérielle, circulation, digestion, élimination, sommeil, etc.
 
 
Carnivore    
Omnivore    
Herbivore    
Primate     
Humain
Exemple
Lion
Ours
Vache
Singe
Moi
Pieds et mains
Griffes
Sabots
Sabots fendus
Ongles plats
Ongles plats
Peau
Sans pores Transpire par la langue
 
Avec pores Transpire un peu par la peau
 
Avec pores
Transpire un peu par la peau
Millions de pores
Transpire beaucoup
par la peau
Millions de pores
Transpire beaucoup
par la peau
Mâchoires
Mobile verticalement pour mordre ou déchirer
Mobile verticalement et latéralement pour mastiquer
Mobile verticalement et latéralement pour mastiquer
Mobile verticalement et latéralement pour mastiquer
Mobile verticalement et latéralement pour mastiquer
Dents :
incisives
Très développées
Développées
Peu développées
Bien développées
Bien développées
Dents :
molaires
Pointues
Pointues
Avec pli
Emoussées
Emoussées
Glandes
salivaires
Petites
Bien
développées    
Bien développées    
Bien développées    
Bien développées    
Sucs
digestifs
Très acides
(30 X)
Très peu acides (1 X)
Très peu acides (1 X)
Peu acides
(3 X)
Peu acides
(3 X)
Salive et urine
Acide
Acide
Acide
Alcaline
Idéalement alcaline
Langue
Râpe   
Lisse   
Lisse   
Lisse   
Lisse   
Estomac
Simple   
Cul-de-sac arrondi
En 3 sections
Avec duodénum
Avec duodénum
Longueur de l’intestin
3 fois
la longueur
de la colonne vertébrale
10 fois
la longueur
de la colonne vertébrale
10 fois
la longueur
de la colonne vertébrale
12 fois
la longueur
de la colonne vertébrale
12 fois
la longueur
de la colonne vertébrale
Côlon
Lisse
Lisse et convoluté
Lisse et convoluté
Convoluté
Convoluté
Nourriture
Chair animale
Plantes et chair animale
Herbe et plantes
Fruits, légumes et noix
Idéalement fruits, légumes et noix

  

Alimentation et sexualité

 Jacques Lalanne et Yolande Buyse
 
De nombreux facteurs, psychologiques, affectifs et physiques influencent la sexualité.
L’alimentation saine et équilibrée, l’activité physique intense, régulière et prolongée, l’oxygénation au grand air, notamment en forêt, la bonne gestion du stress sont autant de facteurs essentiels à une sexualité épanouie.
En plus d’une alimentation saine et équilibrée, certains compléments alimentaires naturels s’avèrent très utiles pour maintenir un haut niveau d’énergie.
Une alimentation riche en antioxydants —Vitamines A, B1, B3, B6, B15, C, E, magnésium, zinc, sélénium, cystéine, phénylalanine, iode et cuivre, fibres alimentaires tendres — présents dans les fruits et les légumes et le ginseng détruit les radicaux libres et ralentit le vieillissement.
Consommer suffisamment de protéines : œufs, graines germées, spiruline, krill, pollen.
S’assurer d’une bonne forme physique, notamment en endurance, est essentiel pour la vigueur sexuelle.
 
Vitamines indispensables pour les fonctions sexuelles
Vitamine A
Circulation des organes génitaux. «Garde la jeunesse».
Cassis, cerises noires
Framboises
Groseilles
 
Huile d’olive
Jaune d’œuf
Krill
Lait cru
Laitues
Mangues
Melons
Mûres
Oranges
Tomates
Vitamine B1
Maintient le tonus nerveux
Céréales complètes
Céréales germées
Jaune d’œuf
Krill
Lacto-fermentation
Produits laitiers
Noix
Levure de bière
Spiruline
Chlorelle
Pollen
Gelée royale
Vitamine B3
Libère l’histamine au moment de l’éjaculation et de l’orgasme
Spiruline
Chlorelle
Krill
Poisson
 
Gelée royale
Pollen
Œuf
Céréales
Céréales germées
Dattes
Figues
Noix
 
Vitamine B6
Détruite par les contraceptifs oraux, l’alcool, le tabac, la cuisson excessive
Banane
Céréales
Céréales germées 
Chlorelle
Fruits frais
Gelée royale
Krill
Légumineuses
Levure
 
Pollen
Spiruline
Suc de canne
 
Vitamine C
Tonique sexuel
Algues
Baies : cerise,
églantier,
Choux divers
Fruits frais
Gelée royale
Graines germées
Lacto-fermentation
Légumes crus
Poivron rouge
Persil
Pollen
Vitamine E
Favorise la fécondité et nidation, forme les ovules et les spermatozoïdes.
Avoine
Beurre
Céréales complètes et germées
Chlorelle
Gelée royale
Germe de blé
Huiles
Lin
Onagre
Krill
Lacto-fermentéd
Légumes : choux,
épinards, brocoli
Noix
Pollen
Riz
Spiruline
 
Minéraux indispensables pour les fonctions sexuelles
Chrome
Protège du cholestérol. Soutient la stimulation sexuelle
Betterave
Céréales
Levure de bière
Pollen
Cuivre
Soutient la stimulation sexuelle
Amande
Avocat
Carotte
Caroube
Céréales
Chlorelle
Chou-fleur
Chou frisé
Cresson
Fruitssecs
Gelée royale
Germe de blé
Graisses
Haricots verts
Légumineuses
Levure
Mélasse
Noisettes
Noix
Oignons
Pollen
Pomme
Raisin
Sélénium
Favorise la fertilité
Ail
Algues de mer
Brocoli
Céréales
Choux
Ginseng
Huile d’olive
Krill
 
Levure de bière
Œuf
Pollen
 
Zinc
Métabolisme de la testostérone, de la prostate et du sperme
Céréales
Fruits oléagineux
Graines de courges
Krill
Levure de bière
Oignons
Pollen
Produits laitiers
Sirop d’érable
Spiruline
Suc de canne