Activité physique Mythes et précisions | Nature-Santé

Activité physique Mythes et précisions

Courbatures
Tout au long de mon cours d’éducation physique à l’université, où nous avions jusqu’à 22 heures d’activité physique par semaine, je n’ai eu aucune crampe, bien qu’ayant fait peu de sport avant mon admission à ce cours. Et plusieurs de mes camarades, dont la plupart pratiquaient des sports régulièrement depuis des années et dont certains faisaient partie de l’équipe universitaire, se plaignaient souvent de courbatures le lendemain d’un entrainement particulièrement exigeant.
L’élimination de gaz carbonique et l’apport en oxygène se fait à chaque respiration.
Les courbatures sont reliées à une accumulation d’acide lactique, déchet produit par l’activité physique. Le corps doit l’éliminer. Plus le pH sanguin est bas, plus il est acide (bien que ce taux varie que de quelques décimales) plus cette élimination sera longue et parfois épuisante.
Plusieurs facteurs favorisent un pH plutôt alcalin : se nourrir surtout de végétaux, respirer de l’air pur, en particulier en forêt, dormir et se reposer amplement, cultiver une attitude sereine, etc.
Voilà qui peut expliquer cette absence de courbature.
 
Mincir par l’activité physique
Pour diminuer ses tissus adipeux on doit poursuivre une activité intense pendant plusieurs heures : marche en montagne, randonnée en ski de fond, à bicyclette, etc. On peut retenir que sommairement on puise dans ses réserves de graisse après une heure d’activité.