Activité physique au troisième âge | Nature-Santé

Activité physique au troisième âge

Dans les librairies de livres entiers sont consacrés au troisième âge : l’alimentation, la sexualité, le travail, l’exercice physique, l’activité mentale etc. En fait, l’âge affecte ces métabolismes moins qu’on pense. Évidemment, la diminution de production d’hormones sexuelles réduit un peu l’activité physiologique. Le rythme métabolique général ralentit un peu.
Ce qui affecte le plus nos rythmes biologiques c’est la réduction de l’activité physique et mentale.
 
En prenant de l’âge certaines fonctions peuvent ralentir ; par exemple, les réflexes ralentissent un peu, par exemple, l’accommodation de la vue, les mouvements, l’érection. Les fonctions se réalisent toutefois correctement. On doit alors par exemple consacrer plus d’heures d’activité pour obtenir les mêmes résultats. En d’autres termes, on devrait marcher plus avec l’âge.
Avec un entrainement conséquent l’endurance peut être maintenue jusqu’à un âge très avancé.
Ceux et celles qui restent actifs demeurent alertes, dynamiques et déterminés.
Plusieurs exemples peuvent nous inspirer confiance en la durabilité de nos capacités.
·         San Filippo, naturopathe dans les Pyrénées s’est marié à 60 ans. Il a eu 9 enfants, tous nés à la maison.
·         Charlie Chaplin a été un père exemplaire à 80 ans !
·         Pablo Picasso produisait une œuvre considérable et renouvelée à 90 ans.